"Il a tenté de m’étrangler" : l'ancienne compagne de Jean-Marc Reiser se confie à TF1

PROFIL – Alors que Sophie Le Tan est portée disparue depuis plus de deux semaines, tous les yeux sont braqués sur Jean-Marc Reiser, le principal suspect, qui a été mis en examen pour "assassinat". Interrogée par TF1, son ancienne compagne affirme avoir failli mourir de sa main.

Sophie Le Tan a disparu le 7 septembre dernier, le jour de ses 20 ans. Cette étudiante était partie visiter un studio à Schiltigheim, une ville située à quelques encablures de Strasbourg. Sauf qu’elle n’a toujours pas donné signe de vie depuis. Des battues ont été organisées depuis, notamment ce week-end. Sans succès. 


Mais un suspect a été mis en examen pour enlèvement, séquestration et assassinat. Il s’agit de Jean-Marc Reiser, un homme de 58 ans bien connu de la justice. Déjà condamné pour deux viols, il habite dans le quartier où Sophie Le Tan a disparu. Et les enquêteurs ont notamment découvert dans sa baignoire un ADN correspondant à celui de la jeune fille.  

Alors que Jean-Marc Reiser nie toute implication, Sept à Huit a recueilli le témoignage de l’une de ses dernières compagnes. Sous couvert d’anonymat, elle assure qu’il serait resté l’individu pervers décrit lors de son procès pour viol. "M. Reiser a pesé sur ma vie. Je n'ai pas envie d'avoir d'ennuis. Je n’ai pas envie d'être assassiné", affirme-t-elle, apeurée, avant d’étayer son propos : "Il a tenté de me tuer. Il a cherché à m'étrangler puis m'a menacée avec une arme. Je n’ai pas osé porter plainte. J'avais peur."

En vidéo

Jean-Marc Reiser : son ancien professeur évoque ses "comportements déplacés" à la fac

Autre témoignage, celui de Jean-Yves Marc, doyen de la faculté des sciences historiques de l’Université de Strasbourg. Jean-Marc Reiser, qui a repris son parcours universitaire, compte actuellement parmi ses étudiants. Interrogé par TF1, le professeur revient sur l’attitude troublante de son élève avec la gent féminine : "Il avait des comportements qui avaient été jugés comme déplacés, lourds et insistants par certaines étudiantes. Trois ou quatre d’entre elles m’ont dit qu’elles ne se sentaient pas du tout à l’aise avec lui et qu’elles cherchaient à l’éviter." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La disparition de Sophie Le Tan

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter