Ils voulaient financer des attentats par le racket : 8 membres de l'ultra-droite mis en examen

DirectLCI
INVESTIGATIONS - Huit hommes, dont trois mineurs, ont été mis en examen samedi en fin de soirée dans l'enquête sur "OAS", le groupe fondé par le militant d'ultra-droite Logan Alexandre Nisin. L'organisation aurait notamment envisagé de commettre des attentats contre des hommes politiques.

Après Logan Alexandre Nisin, le fondateur du groupe d’ultradroite, en juillet dernier, huit hommes, âgés de 17 à 29 ans (trois sont mineurs), soupçonnés de préparer des attentats, ont été mis en examen tard samedi soir pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Parmi eux, six ont été placés sous mandat de dépôt et un septième a été incarcéré provisoirement dans l'attente d'un débat sur sa détention

En vidéo

Arrestation de militants d'ultra-droite : "des groupuscules avec lesquels nous n'avons rien à voir" (Nicolas Bay, FN)

La justice pense que l’organisation projetait de "commettre des actions violentes", aux contours toutefois "imprécis", selon une source proche du dossier. Des hommes politiques, dont Jean-Luc Mélenchon, auraient notamment fait partie des cibles.

Financement par le racket de chefs d'entreprise

Ces huit hommes sont suspectés d'avoir voulu racketter des chefs d'entreprise pour financer leurs projets terroristes et notamment des achats d'armes. Un véhicule avait été volé à cet effet. Les enquêteurs veulent désormais déterminer les liens précis de ce groupuscule avec Logan Alexandre Nissim, lui même soupçonné d'avoir voulu commettre un attentat contre des hommes politiques ou une mosquée (à Vitrolles). L'ensemble de ces hommes seraient regroupés au sein d'un groupuscule baptisé "OAS" en référence à l'organisation de l'armée secrète  qui avant mené des attentats sanglants pendant la guerre d'Algérie. De source proche de l'enquête, ce groupe avait pour projet, avant l’interpellation de Logan Alexandre Nissim, de commettre des actions violentes aux contours imprécis. Plusieurs cibles étaient envisagées : lieux de cultes, hommes politiques, personnes d’origine nord africaine, militants anti fascistes.

L’ organisation prévoyait des achats d’armes et d’effectuer des entraînements para militaires.  Certains d’entre eux s’étaient déjà entrainés aux tirs.

Plus d'articles

Sur le même sujet