Incendie de Notre-Dame : un dysfonctionnement du système électrique ou une cigarette mal éteinte à l'origine du feu ?

Justice

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

ENQUÊTE - Deux mois et demi après l'incendie qui a ravagé une partie de la cathédrale Notre-Dame, le procureur de la République de Paris Rémy Heitz indique que "plusieurs hypothèses ont retenu l’attention des enquêteurs parmi lesquelles celle d'un dysfonctionnement du système électrique ou celle d'un départ de feu occasionné par une cigarette mal éteinte". L'enquête préliminaire a été clôturée et une information judiciaire, confiée à 3 magistrats ouvertes.

C'était un lundi, peu avant 19 heures. Des flammes sur l'île de la cité, un ciel noirci par la fumée, et une ville sous le choc. 

Un peu plus de deux mois après l’incendie survenu à Notre-Dame le 15 avril dernier, le parquet de Paris indique dans un communiqué avoir "clôturé l’enquête préliminaire qu’il avait confiée à la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire le soir des faits". "Cette enquête, constituée de 1125 feuillets de procédure auxquels ont été joints 96 scellés, a conduit les enquêteurs à réaliser une centaine d'auditions de témoins et de très nombreuses constatations", précise le parquet. 

"En l'état, aucun élément ne permet d’accréditer l’hypothèse d’une origine criminelle, ajoute Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, dans cet écrit. Si certaines défaillances, dont l'ampleur du sinistre a pu être la conséquence, ont été mises en évidence, les investigations réalisées ne permettent cependant pas, à ce jour, de déterminer les causes de l'incendie.

Plusieurs hypothèses ont retenu l’attention des enquêteurs parmi lesquelles celle d'un dysfonctionnement du système électrique ou celle d'un départ de feu occasionné par une cigarette mal éteinte, sans qu’il soit possible d’en privilégier une à ce stade.

Lire aussi

Trois magistrats

Des investigations plus approfondies, justifiant notamment un important travail d’expertise, vont être menées. Celles-ci seront réalisées "dans le cadre d’une information judiciaire ouverte ce jour, contre X, du chef de dégradations involontaires par incendie par violation manifestement délibérée d'une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, intervenues dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel".

Le magistrat fait savoir que cette information "judiciaire sera confiée à trois magistrats instructeurs".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter