Industrie du porno : quatre personnes mises en examen pour viol, proxénétisme et traite d’être humain

Industrie du porno : quatre personnes mises en examen pour viol, proxénétisme et traite d’être humain

INVESTIGATIONS - Quelques mois après l'ouverture d'une enquête visant le site "Jacquie et Michel", quatre personnes ont été mises en examen dans une enquête distincte pour "viol, proxénétisme aggravé et traite d'être humain aggravée". Parmi elles figure un producteur connu, placé en détention provisoire.

Nouvelle incursion judiciaire dans le porno amateur : quatre personnes ont été mises en examen samedi à Paris pour "viol, proxénétisme aggravé et traite d'être humain aggravée", dont l'acteur, réalisateur et producteur surnommé "Pascal OP". Réputé pour sa plateforme de vidéos pornographiques "French Bukkake", celui-ci est aussi poursuivi pour "blanchiment de proxénétisme aggravé et blanchiment de fraude fiscale" ainsi que pour "travail dissimulé", a précisé une source proche du dossier à l’AFP.

Selon cette même source, cinq victimes potentielles ont été identifiées pour les faits de "viol, proxénétisme aggravé et traite d'être humain aggravé"

Les quatre suspects avaient été interpellés mardi et placés en garde à vue dans les locaux de la section de recherches de la gendarmerie de Paris, chargée de l'enquête, a précisé la source judiciaire. Deux d'entre eux ont aussi été mis en examen pour "diffusion de l'enregistrement d'images relatives à la commission d'une atteinte volontaire à l'intégrité de la personne". A l'issue des gardes à vue, deux individus, dont "Pascal OP", ont été placés en détention provisoire et les deux autres sous contrôle judiciaire. Une cinquième personne, arrêtée mardi aussi, ne fait pas l'objet de poursuites.

Cette nouvelle affaire vient éclabousser un peu plus l'industrie pornographique française, alors qu'une enquête distincte a déjà été ouverte le 10 juillet pour "viols" et "proxénétisme" visant la production des vidéos du site Jacquie et Michel, incarnation en France du milieu porno amateur. Dans ce dossier, trois associations féministes - Osez le féminisme, les Effronté-es et le mouvement du Nid - avaient effectué un signalement à la justice en février après la diffusion d'une vidéo par le site Konbini. Dans ce document intitulé "les coulisses sordides du porno amateur", deux femmes témoignaient de pratiques sexuelles imposées contre leur volonté au cours de tournages.

Lire aussi

Un "tournant judiciaire face à l'impunité du porno"

Lundi, le mouvement du Nid, "association de soutien aux personnes en situation de prostitution", a indiqué "se féliciter de ce qui pourrait marquer un tournant judiciaire face à l'impunité du 'porno', qui est de la prostitution filmée." "Nous espérons le début d'une réelle prise de conscience des violences perpétrées dans cette industrie", explique dans un communiqué Claire Quidet, présidente de l'association, ajoutant avoir reçu récemment "des demandes de soutien de nombreuses victimes qui souhaitent témoigner".

Une autre association, Les Effronté-e-s, a estimé dans un communiqué que "ces deux affaires, qui concernent toutes deux des 'grands noms' du milieu du porno, démontrent une réalité que la société ne peut plus refuser de voir : dans sa globalité, la pornographie est un système criminel et les actes qu'on y voit relèvent majoritairement du viol et de la torture".

"Nous espérons qu'il s'agit là du point de départ de la fin de l'impunité des violences misogynes, pédocriminelles, lesbophobes et racistes du système pornocriminel" a aussi commenté l'association Osez le féminisme ! dans un communiqué.

Sur Twitter, une des stars du "X" en France, la productrice et actrice Nikita Bellucci, a réagi d'un seul mot : "Champagne".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

EN DIRECT - Covid-19 : une proposition de loi déposée pour rendre obligatoire l'isolement des malades

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

L'ouverture des stations de ski fermées à Noël "impossible" selon le chef de l'Etat

Lire et commenter