Policiers pris à partie sur les Champs-Élysées le 22 décembre : un suspect va être présenté à un juge

Justice

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

INTERPELLATION - Neuf jours après que 3 policiers ont été violemment pris à partie sur les Champs-Elysées lors d'un rassemblement des Gilets jaunes, un des agresseurs présumés a été interpellé. Ce mercredi, il va être présenté à la justice en vue de sa mise en examen.

La scène avait duré moins d'une minute. Elle était d'une violence inouïe. L'homme interpellé lundi et soupçonné d'être l'un des auteurs de violences commises contre trois policiers à moto lors d'une manifestation des Gilets jaunes le 22 décembre à Paris va être présenté à la justice en vue de sa mise en examen. Le suspect doit être déféré dans la soirée au parquet avant d'être présenté jeudi à un juge d'instruction.

Une information judiciaire doit être ouverte pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique en réunion avec armes ayant entraîné une interruption totale de travail supérieure à huit jours", "dégradations de biens d'utilité publique" et "participation à un groupement en vue de commettre des violences". Le placement en détention provisoire du suspect sera requis, a indiqué le parquet.

Lundi, LCI avait appris qu'un homme avait été interpellé neuf jours après la violente prise à partie de trois policiers sur les Champs-Elysées. Les policiers pris à partie avaient décidé de porter plainte. Il s'agissait de la première interpellation dans cette enquête confiée au 1er district de la police judiciaire pour "violences volontaires avec arme en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique et dégradations de biens publics".

Voir aussi

Forces de l'ordre "odieusement prises pour cible"

"Nos forces de l'ordre ont été odieusement prises pour cible par des individus face auxquels elles ont réagi avec sang-froid et professionnalisme", avait déclaré le secrétaire d'Etat Laurent Nuñez quelques heures après les faits. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a lui aussi réagi, considérant que les policiers avaient eu "une attitude exemplaire face à des attaques inqualifiables".  Édouard Philippe lui même avait rencontré les policiers pris à partie quelques jours plus tard et salué leur sang-froid tout en dénonçant cette scène de sauvagerie.  

Ce qu'il s'est passé

En vidéo

Violence contre 3 policiers sur les Champs-Elysées : les images décryptées

Sur les images de la vidéo, les agents essuient des jets de projectiles dans un premier temps. Tout s’enchaîne très vite. Un motard est frappé  à l'aide d'un porte-voix. Un second assaillant le frappe à coup de poing.  Le motard est déséquilibré et lâche sa moto.  C'est alors qu'un troisième collègue, venu à sa rescousse, sort son arme de service. L'arme est exhibée pendant 2 secondes dans le but de maintenir la foule à distance. Le policier la range rapidement sans en avoir fait usage. Les policiers prennent ensuite la fuite, abandonnant une des trois motos, poursuivis par une horde d'individus violents. Personne n'a été blessé lors de cette scène.

 

Une autre vidéo plus longue et prise sous un autre angle, laisse elle aussi transparaître  l'extrême tension de la scène.  

Lire et commenter