INFO TF1/LCI : les "papys" du grand-banditisme rattrapés par leurs vieux démons

INFO TF1/LCI : les "papys" du grand-banditisme rattrapés par leurs vieux démons
Justice
DirectLCI
ARRÊTÉS - Les policiers les imaginaient coulant une retraite paisible sous les cocotiers, un cigare à la main. Deux "beaux mecs" de 71 et 72 ans, considérés comme de vieilles figures du milieu, viennent pourtant d’être incarcérés pour trafic de drogue.

En garde-à-vue dans les bureaux de la Brigade de stupéfiants de la police judiciaire parisienne, ils ont été fidèles à leur réputation et à la légende des "beaux mecs" de la voyoucratie. Pas d’agressivité, pas un mot de travers face aux enquêteurs. Mais surtout, le silence total face aux accusations. Peu importe les preuves.


Gérard D., 71 ans, et Antoine V., 72 ans, avaient pourtant peu d’alibis à fournir aux policiers. Car les deux hommes, de vieux clients de la PJ, ont été arrêtés en flagrant-délit. Surveillés, ils ont été interpellés lundi 18 février 2019 dans le XVIIIe arrondissement de Paris alors qu’ils venaient d’acheter 1,2 kilos de cocaïne à deux trafiquants présumés, âgés, eux, de 29 et 56 ans. En perquisition, les "Stups" ont découvert au domicile d’un de ces derniers la somme de 24.000 euros en liquide, ainsi qu’un pistolet automatique calibre 7’62.

Gérard D., premier évadé de Fleury-Mérogis par les airs

Après deux jours de garde-à-vue, les quatre hommes ont été mis en examen et incarcérés. Un léger air de déjà vu pour Gérard D. : il a déjà passé 28 ans sous les verrous. Présenté par la presse dans les années 80 comme "l’un des gangsters les plus recherchés de France", cette vieille figure de la banlieue sud, fichée au grand banditisme pour une longue série d’affaires de braquages, de séquestration, de drogue et de tentatives de meurtres, a sur son C.V un fait d’arme spectaculaire : il est le tout premier détenu de Fleury-Mérogis à avoir réussi à s’évader de la prison en hélicoptère. 


Un commando était venu "l’arracher" par les airs alors qu’il jouait au football dans la cour de promenade de la prison avec son futur compagnon de cavale. C’était en février 1981. Sa fuite s’était terminée une quinzaine de jours plus tard, sous une pluie de coups de feu.  

En vidéo

Enquête sur le blanchiment de l'argent de la drogue

Son complice présumé, Antoine V., un bandit corse surnommé "Tita" dans le milieu, a lui aussi une relation longue et fidèle avec les services de police, en particulier pour des affaires de braquage à main armée.


D’après les premiers éléments de l’enquête, les deux seniors comptaient sans doute revendre la cocaïne, par le biais de leurs propres hommes de main. Couler une retraite paisible en famille à plus de 70 ans, loin de l’adrénaline et de l’argent facile ? Visiblement une hérésie pour les deux gangsters infatigables...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter