Isabelle Balkany, après la libération de son époux Patrick : "Mon mari est épuisé, d'une maigreur épouvantable"

Isabelle Balkany, après la libération de son époux Patrick : "Mon mari est épuisé, d'une maigreur épouvantable"
Justice

BALKANY - L'actuelle maire par intérim de Levallois-Perret a commenté l'état de santé dans lequel elle a retrouvé son époux, dans la soirée du mercredi 12 février, à la suite de sa sortie de la prison de la Santé.

Isabelle Balkany attendait cette décision depuis longtemps. Mercredi 12 février, la cour d'appel de Paris a a ordonné la mise en 

liberté sans caution de son époux Patrick Balkany, lors d'une audience en urgence décidée dans la foulée de la fin de son procès en appel pour blanchiment. Quelques heures plus tard, l'élu, libéré pour raisons de santé, quittait la prison de la Santé à Paris en voiture, sans faire la moindre déclaration, les traits amaigris. 

"Il arrive à peine à marcher seul"

"Mon mari est extrêmement fatigué, il est épuisé, épuisé. Je ne l’ai évidemment jamais vu comme ça, il est d’une maigreur épouvantable", explique Isabelle Balkany qui afffirme que son mari a perdu une trentaine de kilos depuis son incarcération en septembre 2019, "il est surtout extrêmement faible", ajoute son épouse. 

Selon la maire par intérim de Levallois-Perret, Patick Balkany "arrive à peine à marcher seul, il a des vertiges, cela est dû à l’anémie et à la fin de la pathologie qu’il a eu qui est rare et mortelle". L'élu souffre d'une grave pathologie intestinale, "il n’est malheureusement pas complètement guéri", annonce son épouse. 

Lire aussi

"J'ai récupéré un homme qui a vieilli de quinze ans en cinq mois et demi"

Patrick Balkany a néanmoins un contrôle judiciaire à respecter: ne pas quitter le territoire français et se présenter le 1er et 3e lundi de chaque mois, à la gendarmerie d'Écos (Eure). L'Eure car c'est là bas que séjournera l'élu, "dans notre maison de Giverny avec nos toutous, nos chats et moi, accessoirement", précise Isabelle Balkany.

Isabelle Balkany souhaite que son époux voit rapidement des médecins : "Dès demain, je prends tous les rendez-vous nécessaires." Interrogée sur la peine prononcée à l'encontre de son mari en septembre 2019, Isabelle Balkany rétorque que "toute faute mérite sanction mais que la sanction doit être proportionnée. Je considère que là, elle ne l’a pas été. Quand je disais qu’on avait mis la vie de mon mari en danger, je le pense toujours, parce que j’ai récupéré un homme qui a vieilli de quinze ans en cinq mois et demi. C’est effrayant."

Une sortie de prison en attendant la décision de la cour d'appel de Paris qui devrait être rendue, le 22 avril prochain. Les Balkany attendent par ailleurs le 4 mars une décision de cette même cour dans le volet fraude fiscale de ce dossier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent