Carlos Ghosn accuse les procureurs "d'actes illégaux" et demande l'annulation des poursuites

Justice

Toute L'info sur

Carlos Ghosn : l’ex-patron de Renault rattrapé par les affaires

CONTRE-ATTAQUE - Carlos Ghosn demande l'annulation des poursuites intentées au Japon à son égard. Les avocats de l'ancien PDG de Nissan et Renault dénoncent des "actes illégaux" à des fins déloyales, tout en prônant son innocence.

Carlos Ghosn souhaite demander l'annulation des poursuites intentées contre lui au Japon. L'ancien PDG de Renault et Nissan accuse les procureurs "d'actes illégaux" et de collusion avec son ancien employeur pour le faire tomber. Les avocats de Carlos Ghosn, Hiroshi Kawatsu, Junichiro Hironaka et Takashi Takano, accompagnés de leur client, ont présenté leurs arguments ce jeudi lors d'une audience préliminaire au procès qui doit s'ouvrir en avril. Les inculpations sont "politiquement motivées depuis le début, fondamentalement biaisées", et "cette affaire n'aurait jamais dû donner lieu à des poursuites pénales", ont-ils dénoncé dans un communiqué.     

L'enquête contre Carlos Ghosn, 65 ans, est "totalement illégale et préjudiciable", a écrit Me Kawatsu dans un autre document. Et de dénoncer "un abus de l'autorité publique chargée des poursuites pénales à des fins déloyales dans un contexte de discrimination à l'égard de la race, de la nationalité et du statut social de M. Carlos Ghosn". "Si la nullité de la procédure n'était pas reconnue, M. Ghosn sera prêt à démonter vigoureusement chacune des charges invoquées à son encontre. M. Ghosn  est innocent des accusations lancées contre lui", concluent les défenseurs.

Ghosn victime d'un complot ?

Les défenseurs du franco-libano-brésilien, qui fut le chef d'entreprise le mieux payé du Japon, exigent en conséquence "l'annulation des poursuites". Ils ont transmis aux juges et à la presse les éléments qui, selon eux, démontrent que leur client est innocent et qu'il est victime d'une machination ourdie en dehors des règles. Il existe, toujours selon eux, "de multiples actes illégaux d'investigation qui remettent fondamentalement en question l'intégrité et la viabilité" des accusations.

Celui qui était salué comme "le sauveur de Nissan" après son arrivée dans le groupe en 1999 avait été arrêté le 19 novembre 2018 à son arrivée dans la capitale japonaise. Carlos Ghosn a passé au total 130 jours en détention provisoire. Relâché sous caution au printemps, il est actuellement assigné à résidence à Tokyo. 

En vidéo

L'interview exclusive de Carlos Ghosn juste avant son interpellation

Carlos Ghosn est accusé d'abus de confiance aggravé, de fausses déclarations aux autorités ainsi que d'autres malversations financières pendant son mandat chez Nissan. Fin janvier, il annonçait sa démission, après deux mois d'incarcération au Japon. Fin août, son épouse Carole Ghosn appellait Emmanuel Macron à intervenir auprès du Premier ministre japonais Shinzo Abe lors du sommet du G7, à Biarritz, pour que son mari bénéficie d'un "procès équitable".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter