"Je voudrais être Benalla ou moine pédophile" : Booba publie un tweet pour dénoncer son traitement

FAIT DIVERS - Le compte Twitter du rappeur, incarcéré depuis sa rixe avec Kaaris début août, a publié ce mardi un message, qui veut illustrer le décalage entre la façon dont la justice traite son cas et celui d'Alexandre Benalla ou l'église catholique, qui ont fait occupé la rubrique judiciaire ces dernières semaines.

"Une époque formidable". Pour la première fois depuis début août et sa bagarre avec son rival Kaaris, Booba sort de son silence. Et ce, via un simple tweet publié, alors que le Duc de Boulogne est en prison à Fleury-Mérogis, et donc, privé de portable.


Un message est apparu sur le compte Twitter du rappeur ce mardi en milieu de matinée, dans lequel il compare notamment sa situation à celle d'Alexandre Benalla, l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron. "Quand je serai grand, je voudrais être Benalla ou moine pédophile. 10 ans pour une bagarre, c’est avec ou sans le streaming ? #uneépoqueformidable". 

Un message qui, s'il a été publié sur le compte officiel de Booba, ne signifie pas pour autant que le rappeur en soit directement l'auteur, les téléphones portables étant interdits en prison. L'avocat de Booba, interrogé par BFM TV, explique que  l'artiste a pu avoir accès à la cabine téléphonique de la prison et en a profité pour discuter avec sa manageuse et validé ce message, qui a elle-même publié le message sur Twitter.


Hasard du calendrier, la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP) a révélé ce mardi que plus de 40.000 téléphones et accessoires (chargeurs, cartes SIM...) ont été saisis dans les prisons françaises en 2017. Un chiffre en hausse constante depuis dix ans. En témoigne d'ailleurs le fait que des photos et vidéos de Kaaris, emprisonné à Fresnes, aient émergé, en toute illégalité, sur les réseaux, ce week-end.

Trois semaines d'incarcération

Seule certitude : ce tweet est diffusé deux jours avant une audience cruciale pour le rappeur. La cour d'appel de Paris décidera en effet ce jeudi si Booba et Kaaris, incarcérés depuis trois semaines, peuvent comparaître libre à leur procès, le 6 septembre. En survêtement et t-shirt blancs pour Booba, t-shirt noir pour son ancien protégé qui lui fait face dans un deuxième box, les deux rappeurs sont apparus visiblement détendus lors de l'audience, ce lundi après-midi, échangeant clins d’œil et sourires avec leurs proches dans une salle remplie.


Les deux rappeurs doivent être jugés pour violences aggravées et vols en réunion avec destruction dans un lieu d'accès aux transports collectifs. Ces faits sont passibles d'une peine allant jusqu'à dix ans de prison. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Bagarre à Orly : Booba VS Kaaris fixés le 9 octobre

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter