#JeSuisMila : menacée de mort et de viol pour avoir insulté l'islam, Mila, 16 ans, porte plainte

#JeSuisMila : menacée de mort et de viol pour avoir insulté l'islam, Mila, 16 ans, porte plainte
Justice

CYBERHARCELEMENT - Menacée de mort et de viol pour avoir exprimé sa haine de la religion musulmane sur Instagram, une adolescente iséroise de 16 ans, ne pouvant plus se rendre dans son lycée, a déposé plainte.

Au départ, un simple live sur Instagram, comme il y en a des milliers chaque jour. Une adolescente qui se filme avec son smartphone. Puis un internaute entreprenant de la draguer dans ses messages privés. Insistant. Mila, la jeune fille en question, une lycéenne nord-iséroise âgée de 16 ans, l'éconduit, lui expliquant qu'elle est lesbienne. L'adolescent, vexé, la traite de "sale gouine", la taxe de racisme et d'islamophobie. Nous sommes alors dans l'après-midi du samedi 18 janvier. C'est là que la vie de Mila bascule. Quand elle décide de répliquer via une story.

Une story dans laquelle elle déclare notamment, en plusieurs parties, destinées à répondre aux attaques qu'elle reçoit en parallèle dans les commentaires : "Je déteste la religion, le Coran est une religion de haine, l’islam c’est de la merde. Je dis ce que je pense, putain. (...) Je suis pas raciste, pas du tout. On peut pas être raciste d’une religion, qu'est-ce que vous êtes cons ! (...) J’ai dit ce que je pensais, j’ai totalement le droit, je regrette pas du tout. Il y a des gens qui vont encore s’exciter, j’en ai rien à foutre. Votre religion, c’est de la merde, votre Dieu je lui mets un doigt dans le trou du cul, merci au revoir. (...) Vous me menacez de mort ? Vous êtes bons qu'à ça. Vous avez pas d'éducation, vous êtes nuls, vous servez à rien !"

Cyberharcèlement en masse

La vidéo, devenue virale et relayée ensuite sur plusieurs réseaux sociaux, a été vue, depuis, plus d'un million de fois en cumulé. Outre les insultes et les menaces de mort ou de viol, certains internautes, qui l'ont reconnue, dévoilent son identité, son adresse, celle de son lycée... "Je recevais 200 messages de pure haine à la minute, confie Mila au détour d'un entretien accordé au site féministe d'extrême droite Bellica, ajoutant : "Je ne peux plus mettre un pied dans mon lycée." A Libération, elle précise : "Quelqu’un a appelé mon lycée en se faisant passer pour mon père. Mon lycée a donc appelé la police pour me protéger." Selon France Bleu Isère, elle a déposé plainte, et le procureur de Vienne a ouvert une enquête pour "menaces de mort", confiée à la section des Recherches de la gendarmerie, compétente en matière de cyber-criminalité...

Mais dans le même temps, le magistrat en a ouvert une autre la concernant, pour incitation à la haine raciale. Presque de la même manière que, sur Twitter, les hashtags #JeSuisMila et #JesuispasMila ont émergé de concert durant le week-end. 

Enfin, si Mila a affirmé qu’elle "ne souhaite aucune récupération politique", elle a néanmoins reçu le soutien de plusieurs personnalités d'extrême droite, telles que Florian Philippot, Jean Messiha ou encore Marine Le Pen, selon laquelle "les propos de cette jeune fille sont la description orale des caricatures de Charlie (Hebdo), ni plus ni moins. On peut trouver ça vulgaire, mais on ne peut pas accepter que, pour cela, certains la condamnent à mort, en France, au XXIe siècle".

La jeune fille a également reçu le soutien d'autres personnalités, comme la journaliste Audrey Pulvar et le philosophe Raphaël Enthoven ou d'associations comme SOS Homophobie. Vendredi, dans un communiqué, la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa lui a également adressé son soutien, rappelant "qu'aucune femme n'est responsable des violences qu'elle subit" et souhaitant "que justice soit rendue suite au cyberharcèlement violent suivi par la jeune Mila", "pour la protection de laquelle la préfecture est pleinement mobilisée". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent