Jonathann Daval avoue avoir tué, seul, Alexia et implore "à genoux" le pardon de sa belle-mère

Justice
AVEUX - Confronté aux membres de sa belle-famille depuis le début de la matinée, Jonathann Daval a été ébranlé par son face-à-face avec ses beaux-parents. Il a avoué être le seul auteur du meurtre de son épouse, Alexia, retrouvée sans vie le 30 octobre 2017, abandonnant la théorie du "complot familial" qu'il avait, un temps, soutenue.

Jonathann Daval a, une nouvelle fois, avoué. L'informaticien, mis en examen après des premiers aveux le 30 janvier pour "meurtre sur conjoint" dans le dossier Alexia Daval, retrouvée sans vie dans le bois d'Esmoulins près de Gray, en Haute-Saône, le 30 octobre 2017, est revenu ce vendredi 7 décembre à ses aveux initiaux devant ses beaux-parents. Il a craqué lors de la confrontation dans le bureau du juge et a avoué avoir tué, seul, son épouse avant de transporter son corps. Le jeune homme a craqué face à une photo de la jeune femme.


"Monsieur Daval s'est réfugié dans son déni pour, au bout d'une heure et quart, une heure vingt de confrontation, s'effondrer en sanglots et avouer finalement qu'il avait donné la mort à Alexia Daval", a déclaré le procureur de Besançon, Etienne Manteaux. "Il parle toujours d'un accident. Il dit que sa femme a fait une crise et qu'il n'a absolument pas prémédité son geste". Selon le procureur, Jonathann Daval a raconté que "tout s'est passé très vite". "Ils se disputent, des coups sont échangés (...) et elle est tombée dans les escaliers". Après avoir réitéré ses aveux, il "s'est mis à genoux devant sa belle-mère, manifestement pour solliciter son pardon".

Il craque face à une photo d'Alexia

À la sortie du bureau du juge d'instruction, la mère de la banquière de 29 ans, tuée dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, s'est dite "soulagée" après ce nouveau coup de théâtre dans une affaire aux multiples rebondissements. "C'était une épreuve de rencontrer, un an après, de visu Jonathann. J'avais amené une photo d'Alexia et du chat Happy, et c'est ce qui a permis de déclencher la vérité", a confié Isabelle Fouillot, émue et entourée de ses proches. "On bien insisté sur le fait qu'on l'a aimé pendant dix ans et qu'il fallait qu'il se libère de ce carcan de déni dans lequel il était et ses accusations contre Grégory et Stéphanie tellement odieuses". 


Depuis juin, Jonathann Daval accusait son beau-frère d'avoir tué Alexia. Une thèse du "complot familial" qui n'a désormais plus cours. Il avait encore maintenu cette version face à Grégory Gay lors de la première confrontation vendredi en début de matinée, tout comme lors de la deuxième avec Stéphanie Gay, soeur d'Alexia, en fin de matinée avant donc de craquer.

En revanche, il nie toujours avoir mis le feu au corps de son épouse, retrouvé calciné en pleine forêt. "Je suis très satisfait ce qu'il s'est passé aujourd'hui. Tout le monde a parfaitement fait son travail", a déclaré son avocat, Me Randall Schwerdorffer. "Enfin, Jonathann Daval pourra avoir un vrai procès, condamné pour la réalité des faits qu'il a commis. Pas forcément pour un assassinat. On va pouvoir commencer un travail de défense beaucoup plus constructif et utile."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort d'Alexia Daval : son mari Jonathann revient sur ses aveux

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter