L’agresseur de la députée REM Laurianne Rossi écope d'un mois de prison ferme

DirectLCI
JUSTICE – Conformément aux réquisitions du procureur de Nanterre, l'agresseur de la députée Laurianne Rossi, jugée en comparution immédiate ce lundi, a écopé d'un mois de prison ferme. Durant son audition, l’homme de 63 ans a reconnu avoir "mis une claque" à l'élue, tout en assurant ne pas savoir qu'elle était députée.

Après l’agression dont a été victime la députée REM Laurianne Rossi, son agresseur présumé, Jacky B., comparaissait ce lundi soir à Nanterre. Pour des faits de "violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public" ayant entraîné une ITT inférieure à huit jours, le prévenu a écopé d'une peine de six mois de prison dont un mois ferme assortie d'une mise à l'épreuve de 24 mois.


Outre la peine d'emprisonnement et conformément aux réquisitions du procureur de Nanterre, il a été condamné à une obligation de soins et ne devra pas entrer en contact avec la victime. Il sera conduit en prison dès ce lundi soir.

Lauriane Rossi, 33 ans, a été agressée dimanche matin alors qu’elle distribuait des tracts sur un marché de Bagneux, dans les Hauts-de-Seine. Elle raconte avoir été interpellée aux alentours de 11h par un homme "clairement hostile à la politique du gouvernement et de la majorité".  A la barre, le prévenu a reconnu avoir qualifié Emmanuel Macron de "produit marketing fabriqué par Hollande, Sarko et le Medef" alors qu'il venait de prendre le tract. Selon lui, la députée se serait alors "moquée" de lui en rigolant. C'est ce qui aurait mis le feu aux poudres.


Jacky B. avait ensuite pris la fuite, avant d’être rapidement rattrapé par des militants et des commerçants. Clairement hostile à la politique du président actuel, il avait reconnu et regretté son geste lors de sa garde à vue. 

Hostile à l'action d'Emmanuel Macron

En vidéo

De Rugy condamne l'agression dont a été victime une députée REM

Dans une interview accordée à franceinfo dimanche, la victime expliquait avoir alors "reçu un violent coup de poing dans la tempe" avant que l'homme ne s'enfuie. Lors de sa garde à vue, Jacky B. a reconnu avoir "mis une claque" à Laurianne Rossi tout en assurant qu'il ne savait pas qu'elle était députée.  A la barre, l'homme s'est à nouveau excusé pour ce qu'il considère être une "bétise". "Le geste a été plus vite que ma pensée", a-t-il ajouté.


Jacky B. avait déjà été condamné à de la prison avec sursis en 2005 pour des faits de "violences sur personne vulnérable". A l'époque, un rapport psychiatrique avait relevé son "intolérance à la frustration" et sa "personnalité borderline".

Plus d'articles

Sur le même sujet