L'avocat de Nordahl Lelandais veut faire annuler le témoignage de son voisin de cellule

Justice

Toute L'info sur

Affaires Maëlys et Arthur Noyer : l’inquiétant Nordahl Lelandais

JUSTICE - Me Alain Jakubowicz a demandé aux magistrats de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex-voisin de cellule de l'ancien militaire qui a affirmé devant les juges que ce dernier lui avait avoué avoir violé la petite Maëlys en août 2017. Un requête en annulation examinée ce jeudi matin.

Ils étaient voisins à l'isolement, et Nordahl Lelandais lui aurait fait des confidences. En août dernier, le parquet de Grenoble confirmait que ce détenu avait déclaré que l'homme mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo et du caporal Arthur Noyer  lui aurait confié avoir violé la petite fille avant de la tuer. Ces confidences auraient été faites selon lui fin 2018, à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). 

Nordahl Lelandais, entendu à ce sujet, a toujours contesté avoir fait un tel récit. L'ancien militaire affirme avoir tué la petite fille par accident, en lui assénant une grosse gifle notamment, alors qu'il l'amenait dans sa voiture voir ses chiens. 

L'avocat du mis en cause Me Alain Jakubowicz a donc tout simplement demandé l'annulation des déclarations de cet homme, qui pourraient, si elles étaient retenues, avoir de lourdes conséquences sur l'avenir de son client. Le dossier Lelandais est en cours d'audience depuis 11h, ce jeudi, devant la chambre de l'instruction de Grenoble", indique une source proche du dossier à LCI, confirmant les informations du Parisien

Lire aussi

Une peine qui pourrait être beaucoup plus lourde

En effet, à ce jour, Nordahl Lelandais est mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo en août 2017, pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer en avril de la même année, et pour des agressions sexuelles sur des petites cousines.  

Mais si le témoignage de ce voisin de cellule est retenu, et si en conséquence Nordahl Lelandais est renvoyé devant la cour d'assises pour meurtre, avec la circonstance aggravante de viol sur mineur de 15 ans, il encourrait alors la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté illimitée, soit une perpétuité réelle . 

Selon Le Parisien, l'ancien voisin de cellule de Nordahl Lelandais "n'a rien à gagner dans l'histoire". "Il est libérable en avril 2019. Il ne témoigne donc pas pour obtenir une remise de peine", indiquent nos confrères. Aux juges il aurait déclaré :  "Je ne pouvais pas garder ça pour moi."

Décision le 31 octobre

La chambre de l’instruction rendra sa décision le jeudi 31 octobre. Elle statuera uniquement sur la requête de Maître Alain Jakubowicz demandant à faire disparaître de la procédure le témoignage l'ancien voisin de cellule de Nordahl Lelandais. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter