L'étudiant de 19 ans qui avait dérobé 2 avions pour "accomplir son rêve" sera jugé en août

Justice

JUSTICE - Il avait volé deux petits avions dans la nuit du 25 au 26 janvier 2018, et fait un aller-retour entre les aérodromes de Loudun, dans la Vienne, et Cholet, dans le Maine-et-Loire. Entendu le 28 février par les gendarmes, cet étudiant de 19 ans comparaîtra devant le tribunal correctionnel le 30 août.

"Il souhaitait mettre fin à ses jours en Italie. Avant de prendre la route, il a voulu accomplir un vol en aéronef, son rêve ultime". Selon le récit du quotidien Centre-Presse, un étudiant de 19 ans a volé deux petits avions dans la nuit du 25 au 26 janvier 2018 à cause d'une pulsion suicidaire. Entendu par les gendarmes le 28 février, il a reconnu avoir volé les avions et effectué un aller-retour entre les aérodromes de Loudun (Vienne) et Cholet (Maine-et-Loire).

À l'issue de cette audition, qui selon Ouest-France a duré 11 heures, le suspect a été laissé libre. Il comparaîtra le 30 août devant le tribunal correctionnel de Poitiers pour vols d'aéronefs, conduite d'aéronefs sans titre aéronautique et défaut de tenue de carnet de bord, indique Centre-Presse.

Deux avions de chasse étaient prêts à l'intercepter s'il s'approchait de la centrale nucléaire

Issu d'une famille de notables vendéens, domicilié à Loudun, dans la Vienne, le jeune homme n'avait que 25 heures de vol au compteur quand il a décidé d'effectuer cette virée. L'étudiant s'est introduit sans effraction dans les locaux de l'aérodrome de Loudunpuis, selon Ouest-France, prend les clés d'un petit avion, un Robin DR400, et s'envole vers minuit. Arrivé à Cholet, il dérobe le lendemain matin un Piper PA28, un aéronef de même taille, et fait le trajet dans l'autre sens. 

Lire aussi

Un aller-retour qui a éveillé l'attention de l'Aviation civile nantaise, qui a alerté la base aérienne militaire d'Orange, dans le Vaucluse. Et pour cause : la centrale nucléaire de Chinon est située à une dizaine de kilomètres de l'itinéraire Loudun-Saumur. Deux Mirage 2000 étaient prêts à intercepter l'aéronef au cas où il approcherait le site sensible.

Après son vol, le suspect s'est évanoui à Monaco

Après avoir atterri à Loudun, l'étudiant aurait pris une voiture vers le sud afin, selon son père, de "s'acheter une arme en Italie", rapporte Ouest-France. Épuisé, il se serait arrêté à Monaco puis se serait évanoui. Pris en charge psychologiquement, il a pu rejoindre le domicile familial après quinze jours d'hospitalisation sur le Rocher. "Dès son retour à la maison nous avons avisé les gendarmes, comme je m’y étais engagé", a indiqué son père, qui ajoute avoir "retrouvé un fils apaisé et soulagé d’avoir livré sa version aux gendarmes". Il précise que son fils "reste encore incrédule de ce qu’il a pu faire".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter