L’homme qui a foncé sur des militaires de l'opération Sentinelle devant la mosquée de Valence en 2016 condamné à 17 ans de prison

L’homme qui a foncé sur des militaires de l'opération Sentinelle devant la mosquée de Valence en 2016 condamné à 17 ans de prison
Justice

JUSTICE - L'homme qui avait blessé des militaires de l'opération Sentinelle à Valence, en 2016, a été condamné mercredi à 17 ans de prison par la cour d'assises de la Drôme. Raouf El Ayeb, 33 ans, avait tenté de tuer quatre soldats en leur fonçant dessus à bord de son véhicule.

L'homme qui avait tenté d'assassiner des militaires de l'opération Sentinelle à Valence, en 2016, a été jugé. Raouf El Ayeb, 33 ans, a été condamné à 17 ans de réclusion ce mercredi comme l'a délibéré les assises de la Drôme. L'homme de nationalité tunisienne avait foncé au volant de son véhicule sur des soldats en patrouille devant la mosquée de Valence, blessant légèrement deux d'entre eux. Les militaire avaient riposté en tirant à 41 reprises et l'avaient touché aux membres.

Dans son box, Raouf El Ayeb a expliqué son geste, justifiant des troubles mentaux. "J'étais en pleine panique, j'avais la rage", a-t-il martelé. "La rage de quoi ?", lui a demandé la présidente. "La rage d'être malade, j'étais fou", a répondu celui qui était allé à l'hôpital, la veille des faits, pour une crise d'angoisse. Et de nier toute volonté de tuer, quand l'avocat général voit dans "le vrombissement de la voiture et le crissement des pneus" des preuves de sa détermination. "On n'a aucune idée de la vitesse", a répliqué l'avocat de la défense Me Philippe Tatiguian.

La qualification "terroriste" écartée

Un temps retenue, la qualification terroriste a été écartée au terme de  l'instruction de l'affaire, survenue un an après l'attentat de Charlie Hebdo et deux mois après les attaques de novembre 2015 à Paris. "On ne va pas mettre tout ceci sur le dos de M. El Ayeb", a dit l'avocat général lors de son réquisitoire. Mais d'ajouter que l'accusé était "déterminé par le contexte dans lequel nous nous trouvions", et de réclamer "au moins 12 ans" de réclusion. La cour est allée bien au-delà. 

En vidéo

Quelles sont les missions de l'opération Sentinelle ?

L'avocat des victimes, Me Thibault de Montbrial, a évoqué dans sa  plaidoirie un "drôle de dossier", "qui ramène à ce qui se passe dans notre pays  depuis quelques années", mais "compliqué à juger" du fait des hésitations sur sa nature, terroriste ou pas. "Charlie, le Bataclan, ce n'est pas à lui d'en subir les conséquences", a rétorqué en défense Me Philippe Tatiguian, "il doit être jugé seulement pour ce  qu'il a fait". "Vous n'avez même pas trouvé un couteau, que des sièges pour enfants (...) Un terroriste, il fait des dégâts, il se prépare, il prend des armes, il loue un camion", enchaîne l'accusé qui a fait l'objet de plusieurs expertises psychiatriques contradictoires.

Lire aussi

Le 1er janvier 2016, l'accusé avait chargé à deux reprises les victimes qui patrouillaient sur le parking de la mosquée de Valence. Les militaires avaient riposté par des tirs après sommations, le touchant à un bras et aux jambes. Deux d'entre eux, blessés légèrement, s'étaient vu reconnaître cinq et huit jours d'incapacité totale de travail.

L'information judiciaire n'a pas établi que ce passage à l'acte avait été préparé dans le cadre d'une entreprise terroriste, malgré la découverte de propagande djihadiste chez l'accusé et ses premières déclarations dans lesquelles il revendiquait un tel acte. Par la suite, Raouf El Ayeb a expliqué avoir voulu "taper" des militaires parce qu'il avait "les nerfs", puis se suicider par procuration en attaquant des soldats armés, avant de mettre son geste sur le compte de troubles mentaux. L'accusé a fait l'objet de plusieurs expertises psychiatriques contradictoires sur son état au moment des faits, certaines concluant à l'altération voire à l'abolition de son discernement, un autre à son entière responsabilité pénale. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent