La demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage de nouveau refusée

DECISION - La cour d'appel de Paris a confirmé le jugement du tribunal d'application des peines de Melun refusant la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de réclusion pour avoir tué son mari violent et incestueux.

Elle restera en prison. Ce jeudi 24 novembre, la cour d'appel de Paris a confirmé le jugement du tribunal d'application des peines de Melun refusant la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage.


En décembre 2015, Jacqueline Sauvage a été condamnée en appel à dix ans de prison pour avoir tué son mari de trois coups de fusil dans le dos, après 47 ans d'enfer conjugal. Au coeur d'une vaste mobilisation populaire et de nombreuses pétitions, la sexagénaire a finalement été grâciée partiellement par François Hollande, un mois plus tard. Un geste politique qui n'avait toutefois pas permis à la justice d'accepter sa première demande de libération conditionnelle, cet été. Motif invoqué : la surmédiatisation de son affaire cantonnait Jacqueline Sauvage dans une position "exclusivement victimaire". 

Un pourvoi en cassation ?

Face à ce nouveau refus, les avocates de Jacqueline Sauvage, maîtres Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta ont déploré une décision "consternante". "Jacqueline Sauvage pâtit de la grâce présidentielle partielle, car les juges ont estimé que sa demande était prématurée" a notamment noté Me Tomasini.


Pour l'heure, les conseils de Jacqueline Sauvage ignorent encore si leur cliente souhaite se battre pour déposer une nouvelle demande de libération conditionnelle, mais n'excluent pas l'option de se pourvoir en cassation.

En vidéo

Manifestation de Femen à Paris après le refus de libération de Jacqueline Sauvage

En vidéo

Jacqueline Sauvage : sa grâce ne fait pas l'unanimité

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La libération de Jacqueline Sauvage

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter