On lui avait retiré son voile de force en garde à vue : une musulmane américaine dédommagée de 85.000 dollars

On lui avait retiré son voile de force en garde à vue : une musulmane américaine dédommagée de 85.000 dollars

DirectLCI
ETATS-UNIS - Une jeune Américaine musulmane pratiquante s'était vue retirer son voile de force par des policiers, lors d'une garde à vue. Suite à sa plainte, la ville de Long Beach près de Los Angeles, a décidé de lui donner 85.000 dollars de dédommagement.

Elle a obtenu gain de cause. Kirsty Powell, américaine musulmane pratiquante, 33 ans au moment des faits, a gagné son combat face aux policiers de Long Beach, dans la banlieue de Los Angeles (Etats-Unis). Elle avait déposé plainte contre eux après que, suite à une arrestation lors d'un contrôle routier, on lui a retiré son voile de force en garde à vue.


C'est le Conseil des relations américano-islamiques (Cair) qui, par voie de communiqué, indique qu'un accord amiable a été trouvé entre la jeune femme et la ville de Long Beach. Kirsty Powell recevra donc 85.000 dollars (72.300 euros) de dédommagement. "Madame Powell porte le voile dans le cadre de ses croyances religieuses et a été forcée de passer la nuit tête nue quand elle était en détention. Elle a décrit l'expérience comme profondément traumatisante", peut-on ainsi lire.

Une contestation qui fait jurisprudence

La scène s'est déroulée en mai 2015. Arrêtée en compagnie de son mari, Kirsty Powell s'était alors vue notifier par les policiers qu'elle aurait l'obligation de retirer son voile. La jeune femme, placée en garde à vue, avait demandé à ce qu'une policière soit amenée à la fouiller. "Mais les policiers l'ont informée qu'elle n'avait pas le droit de porter un hijab et qu'il avaient le droit de toucher une femme", poursuit le communiqué du Cair. Son foulard lui a été retiré de force alors qu'elle était menottée. 


Deux ans plus tard, sa contestation fait jurisprudence. La ville, ainsi que d'autres localités proches comme Orange et San Bernadino, ont changé leur réglementation en matière de droit au foulard islamique en détention, note l'AFP. Ce sont désormais des femmes policières qui peuvent retirer le voile d'une détenue, "quand c'est nécessaire pour la sécurité de l'agent", a expliqué le procureur de Long Beach dans le Los Angeles Times. Quant aux motifs de l'arrestation de la jeune femme - une suspicion de vol à l'étalage en 2002 et une supposée fausse identité utilisée par sa soeur -, ils n'ont pas encore été jugés et sont toujours sous le coup d'une enquête. 

Plus d'articles

Sur le même sujet