Le député LaREM Mustapha Laabid poursuivi pour abus de confiance

Justice

ABUS DE CONFIANCE - Le député LaREM Mustapha Laabid, élu de la 1ère circonscription d'Ille-et-Vilaine, est poursuivi pour des faits d'abus de confiance. Il est soupçonné d'avoir utilisé à des fins personnels les fonds de l'association qu'il présidait avant son élection.

Le parquet de Rennes a annoncé vendredi poursuivre pénalement le député LaREM de la 1ère circonscription d'Ille-et-Vilaine, Mustapha Laabid, "pour des faits d'abus de confiance". Il sera jugé devant le tribunal correctionnel concernant des faits qui précèdent son élection au Parlement. Président d'une association d'aide à l'insertion sociale de 2006 à 2017, il est soupçonné d'avoir "utilisé à des fins personnelles ou indues des fonds de Collectif Intermède" pour un total de 21.930,54 euros.

Une enquête pour abus de confiance avait ouvert en novembre 2017, suite à un signalement Tracfin, service national placé sous l'autorité du ministre de l'Action et des Comptes publics, qui lutte contre le blanchiment de capitaux. 

Voir aussi

15.000 euros de frais de bouche présumés

La cellule de renseignement avait relevé des mouvements financiers suspects, pour un montant total de plus de 20.000 euros, dans la gestion de l’association Intermed durant les années où Mustapha Laabid la dirigeait. L'enquête avait été confiée à la Direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes.

Aujourd'hui, le parquet reproche à Mustapha Laabid d'avoir financé sur les fonds de l'association diverses dépenses personnelles, dont 15.000 euros de repas dans des restaurants (frais de bouche), des achats ou paiements dans des commerces, des frais de téléphonie, et des frais d'hôtels, pour un préjudice total présumé de 21.930,54 euros. Les faits auraient été commis à Rennes, Paris et Marrakech, entre 2015 et fin 2017.

La date du jugement prochainement fixée

Contacté par Ouest France, les premiers à avoir révélé l'affaire, le député s'est vivement défendu : "J’ai su que l’on me reprochait des mouvements de fonds suspects de 24.000 euros. Sans comprendre d’où sortait ce chiffre. Intermed était une petite association qui touchait 20.000 euros de subventions par an."

Si Mustapha Laabid reconnaît quelques négligences, il assure "avoir hâte de s'expliquer devant la justice". L’avocat du député, le pénaliste William Pineau, déclare quand à lui que son client "apportera toutes les explications matérielles pour démontrer sa bonne foi". Et d'ajouter : "Il n’a jamais eu l’intention de flouer l’association Intermed."

Contacté une nouvelle fois par l'AFP, le député breton a dénoncé une situation "ubuesque" et confié : "Je n'ai jamais fait quelque chose de malhonnête, jamais volé de l'argent, ni eu l'idée de m'enrichir."

En vidéo

2018, une rentrée délicate pour les députés LaRem

Le député a été convoqué à l'audience du tribunal correctionnel de Rennes du 5 mars "pour fixation de la date du jugement", qui se tiendra vraisemblablement en juin. "Je ne me laisserai pas impressionner. Je laisserai la justice faire son travail", a promis Mustapha Laabid.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter