Le procès de l'agresseur présumé de Marie Laguerre reporté au 4 octobre

Justice
DirectLCI
JUSTICE - Elle aurait souhaité mettre l’affaire derrière elle. Mais le tribunal correctionnel de Paris a décidé de renvoyer le procès de l’agresseur présumé de Marie Laguerre au 4 octobre. Poursuivi pour violences avec armes, il attendra l'audience en prison.

La vidéo de l’agression qu’elle a subie, le 24 juillet dernier, avait créé un émoi énorme. Marie Laguerre, harcelée puis giflée dans le 19e arrondissement de Paris, avait diffusé les images de l’altercation sur les réseaux sociaux. Ce jeudi après-midi, après que la police a retrouvé l’auteur présumé des faits, la jeune femme de 22 ans lui était confrontée pour la première fois.


Une confrontation de courte durée car le tribunal correctionnel de Paris a décidé, au terme d’une courte discussion, de renvoyer le procès au 4 octobre prochain. La raison invoquée ? Une nouvelle expertise psychiatrique réalisée sur le prévenu, qui sort à peine de trois semaines d’hospitalisation sans pouvoir les justifier.

Casier judiciaire fourni

Cet homme de 25 ans, courte barbe et cheveux châtains mi-longs et au casier judiciaire déjà fourni en faits de violences, attendra la nouvelle audience derrière les barreaux. Le tribunal a en effet délivré un mandat de dépôt à son encontre, craignant "des pressions contre la victime" en raison de la "médiatisation de l’affaire", selon les mots de la procureure.


En face, Karima Tadjine, avocate de permanence qui a récupéré le dossier à la dernière minute (le prévenu ne disposant pas de conseil), aurait préféré voir son client jugé dans la soirée. Principalement parce que celui-ci lui en avait formulé la demande. Mais ses arguments n’ont pas porté. Elle juge la couverture médiatique de ce dossier "trop importante". Elle poursuit : "On sait que ce qui lui est reproché (à son client, ndlr) est le lot quotidien des comparutions immédiates. Sans vouloir les minimiser, ce sont des faits classiques. Et heureusement pour Marie Laguerre, ce sont des faits peu graves".

En vidéo

Avant le procès, Marie Laguerre se confiait sur LCI

"J'aurais pu lui donner une meilleure leçon de vie"

Des propos qui, à l’issue de l’audience, font bondir la partie civile. "Evidemment que ce sont des faits banals, c’est ça qui est terrible ! Est-ce une raison pour que ce ne soit pas jugé ? Non, bien au contraire". Marie Laguerre est d’autant plus en colère que, depuis le box, le prévenu semble avoir peu remis en cause ses gestes présumés - en l’occurrence des remarques obscènes, un jet de cendrier puis une gifle devant témoins. Il en dira plus lors de la prochaine audience, mais, s’excusant du bout des lèvres, il a cependant eu le temps de préciser ce jeudi : "Elle est passée une première fois devant moi, je lui ai dit ‘le rouge te va bien’, elle m’a répondu super mal. J’aurais dû passer au-dessus de ça. Je m’exprime bien, avec les mots, j’aurais pu lui donner une meilleure leçon de vie qu’avec une gifle".


La jeune fille, de son côté, se dit donc déçue du renvoi. Elle espérait mettre l’affaire derrière elle. "Le retentissement médiatique, c’est à double tranchant ! Je reçois beaucoup de messages de soutien, mais aussi énormément de messages de haine. A chaque fois que l’affaire revient dans les médias, j'assiste à un pic de commentaires malveillants".  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter