Le tueur en série Francis Heaulme rejugé pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz

Justice
JUSTICE - Ce mardi, le sixième procès de Francis Heaulme pour un double meurtres d'enfants s'ouvre. Le verdict est attendu le 21 décembre.

C'était en 1986. Deux enfants de huit ans, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, sont retrouvés morts, le crâne fracassé à coups de pierre sur le talus d'une voie ferrée non loin de Metz. 


En 32 ans, de nombreux procès se sont tenus pour tenter de trouver l'auteur de ce double-meurtre. Un apprenti cuisinier de 16 ans, Patrick Dils est d'abord condamné à la perpétuité. Quinze ans plus tard et autant de temps derrière les barreaux,  il est innocenté et acquitté à la faveur de la révision de son procès. Puis en mai 2017, Francis Heaulme est reconnu coupable de ce double crime qui le condamne à la perpétuité. Mais le tueur en série, déjà condamné pour neuf meurtres, a immédiatement fait appel.


Ce mardi, il revient donc devant les assises pour son procès dont le verdict est attendu le 21 décembre. Pendant trois semaines, jurés et magistrats des Yvelines vont se pencher à nouveau sur ce dossier dans lequel toutes les preuves matérielles ont été détruites ou restent introuvables. 

"Montigny, c'est pas moi"

Pour l'accusation, la présence attestée sur les lieux de Francis Heaulme, les témoignages de deux anciens codétenus ayant recueilli ses confidences et des similitudes avec quatre de ses meurtres, une "quasi-signature criminelle", le désignent comme le meurtrier. Pourtant, s'il a reconnu avoir vu les enfants vivants puis morts et a décrit avec précision les lieux, il a toujours nié les avoir tués. "Montigny, c'est pas moi", a-t-il inlassablement répété jusqu'aux derniers instants de son procès en 2017.


Dans ce dossier aux multiples rebondissements, la justice a trébuché, empruntée des voies sans issue, fait machine arrière. C'est d'abord un apprenti cuisinier de 16 ans au moment des faits, Patrick Dils, qui est condamné en 1989. Bien plus tard, il est établi que Francis Heaulme était sur place, ce soir d'automne 1986: la justice rouvre le dossier et innocente le jeune homme qui a alors 31 ans.


Le tueur en série bénéficie d'abord d'un non-lieu, puis est renvoyé une première fois aux assises. Au deuxième jour d'audience, en 2014, le nom d'un autre homme revient dans la procédure, Henri Leclaire, déjà soupçonné dans les années 1980. Le procès est annulé, l'instruction rouverte, mais début 2017, la justice tranche : faute d'éléments suffisants, cet ancien manutentionnaire doit être mis hors de cause. 

81 témoins seront entendus

Finalement, c'est à nouveau Francis Heaulme qui est renvoyé dans le box des accusés. Aujourd'hui, à 59 ans, il "n'accepte pas qu'on dise qu'il a tué les enfants de Montigny", résume Liliane Glock, l'une de ses avocates.


L'acquittement de Patrick Dils, s'il "n'est pas du tout question de [le] remettre en cause", n'est pas "la démonstration de son innocence, mais la consécration d'un doute", affirme un autre avocat de la défense, Alexandre Bouthier. Un doute qui doit aussi "profiter" à Francis Heaulme, ajoute-t-il.

Le procès devant la cour d'assises des Yvelines durera 14 jours, au cours duquel 81 témoins seront entendus, avec un verdict attendu le 21 décembre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Francis Heaulme de nouveau jugé pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter