Licenciée de Canal+ pour "faute grave", Maïtena Biraben veut "le faire payer cher" à Bolloré

Licenciée de Canal+ pour "faute grave", Maïtena Biraben veut "le faire payer cher" à Bolloré

Justice
DirectLCI
MÉDIAS - Licenciée en 2016 pour "faute grave", la journaliste et présentatrice Maïtena Biraben conteste le motif de ce remerciement et demande à son ex-employeur, Canal+, un chèque de 4 millions d'euros.

Elle a été écartée du "Grand journal" à l'été 2016. La journaliste et présentatrice Maïtena Biraben, licenciée pour faute grave il y a deux ans, réclame aujourd'hui un peu plus de 4 millions d'euros à son ex-employeur Canal+. Ce lundi 25 juin, celui-ci a rejeté catégoriquement cette demande, devant le conseil des prud'hommes de Boulogne (Hauts-de-Seine).


Son départ s'est déroulé après une unique saison dans le contexte de fortes chutes d'audience pour la chaîne. Maïtena Biraben conteste aujourd'hui le licenciement pour "faute grave" qu'elle estime infondé. Pour son avocate, Claire Fougea, ce remerciement n'a pas de cause réelle ni sérieuse, et "ne tient pas la route". En réparation, la journaliste réclame à Canal+ 4.060.000 euros, dont 2,55 millions d'indemnité contractuelle, 1,01 million pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et 500.000 euros pour préjudice moral. 

Débat sur le motif du licenciement

Entrée en 2004 à Canal+, Maïtena Biraben avait accepté en 2015 de prendre les commandes du "Grand Journal", à la demande de Vincent Bolloré. Un contrat prévoyant d'importantes indemnités en cas de rupture, "sauf en cas de démission ou licenciement pour faute grave" avait alors été signé, a rappelé l'avocate à l'AFP. "Mon licenciement est abusif et l'attitude de Vincent Bolloré déloyale. Il va le payer cher, le plus cher possible", a confié l'animatrice au Parisien


De son côté, le conseil de Canal+, Eric Manca, a assuré à l'AFP que le licenciement pour faute grave était justifié par la "déloyauté" de l'animatrice envers la chaîne, qui "s'est inscrite totalement en marge de son contrat de travail".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter