Jonathann Daval condamné à 25 ans de prison pour le meurtre d'Alexia Fouillot

Jonathann Daval condamné à 25 ans de prison pour le meurtre d'Alexia Fouillot

VERDICT - Au terme d'une semaine de procès devant la cour d'assises de la Haute-Saône, Jonathann Daval a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme Alexia en octobre 2017.

Pour l'énoncé de la peine, c'est le nom de jeune fille d'Alexia qui a été retenu. Jonathann Daval a été reconnu coupable samedi du meurtre d'Alexia Fouillot en octobre 2017, au terme d'une affaire et d'un procès extrêmement médiatisés. L’informaticien de 36 ans a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Haute-Saône lors du sixième et dernier jour du procès.

"C'est ce que j’espérais. Je pense que c'est une très bonne décision, à la hauteur de notre souffrance et ça va nous permettre de tourner une page ",  a réagi la mère d'Alexia, Isabelle Fouillot. La famille de la victime estime que la justice a "compris leur douleur". Le père d'Alexia, Jean-Pierre Fouillot, s'est dit soulagé par la fin de "trois ans de combat". La famille d'Alexia Fouillot espère désormais un peu de "sérénité et de paix". 

Toute l'info sur

Meurtre d'Alexia : Jonathann Daval condamné

Lire aussi

"J'espère qu'aucun Français n'oubliera Alexia", a déclaré Isabelle Fouillot lors d'une interview donnée à LCI. 

À l'énoncé du verdict, rendu après environ deux heures et demi de délibéré, l'accusé, Jonathann Daval, est resté calme et impassible. Il a regardé sa propre famille sur les bancs des parties civiles. 

Jean-Pierre Fouillot, le père d'Alexia, a passé un bras autour des épaules de son épouse Isabelle, mère de la victime. À l'issue de ce procès, les parents d'Alexia Fouillot semblent avoir renoncé à chercher les réponses à leurs questions. "La vérité, je ne l'aurai jamais, ce n'est pas grave", déclare la mère d'Alexia Fouillot à LCI. 

Nous ne ferons pas appel de cette décision- Me Ornella Spatafora, l'une des avocates de l'accusé

Du côté de la défense, le pire a été évité, puisque Jonathann Daval n'est pas condamné à la perpétuité, contrairement aux réquisitions de l'avocat général. L'une des avocates de l'accusé, Ornella Spatafora, a déclaré :"Nous ne ferons pas appel de cette décision" tout en précisant que Jonathann Daval acceptait également cette décision. 

Lors de l'audience, l'avocat de Jonathan Daval, Randall Schwerdorffer avait assuré que le meurtre n'était "pas prémédité, pas réfléchi". "C'est ce qu'on appelle un coup de sang", avait-il lancé d'une voix de stentor, arpentant le prétoire face aux jurés qu'il a exhortés à ne pas se livrer à une "boucherie judiciaire".

Lire aussi

Dans son réquisitoire, l'avocat général Emmanuel Dupic avait pointé un "crime conjugal (...) presque parfait". Le magistrat en avait appelé au "courage" des jurés. "Du fait de la médiatisation de cette affaire, cette décision sera regardée", avait-il relevé, avant de requérir "la réclusion criminelle à perpétuité", sans peine de sûreté. 

Je dois payer pour les actes que j'ai commis- Jonathann Daval

Avant le délibéré, Jonathann Daval avait demandé "pardon" à deux reprises aux parties civiles. Alors qu'il avait été interrogé par le président de la Cour, Matthieu Husson, pour savoir s'il avait une dernière chose à dire, Jonathann Daval avait répondu "oui" en se levant.  Ensuite, il s'était adressé aux parents d'Alexia et leur avait déclaré : "Pardon. Pardon", avant de se rasseoir. 

Au cours des débats, Jonathann Daval, un informaticien de 36 ans, avait reconnu avoir tué intentionnellement son épouse. "J'ai plus d'avenir (...) Je dois payer pour les actes que j'ai commis", a admis, vendredi 20 novembre, ce trentenaire émacié aux allures de frêle adolescent, victime mercredi soir d'un malaise vagal en plein interrogatoire.

Lors de la journée de jeudi 19 novembre, Jonathann Daval était revenu longuement sur le soir du crime, perpétré dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, sur fond de difficultés conjugales aiguës : Alexia souhaitait ardemment un enfant mais son mari, qui souffrait de troubles de l'érection, la fuyait de plus en plus.

Selon ses dires, il avait refusé une relation sexuelle à son épouse. Il aurait tenté, comme à son habitude, de fuir le conflit mais une violente dispute aurait alors éclaté. Puis Alexia l'aurait mordu, provoquant sa rage : "La morsure, ça m'a mis hors de moi".

Alexia Daval : 127e victime de violences conjugales sur les 140 déplorées en 2017

C'est "la colère de toutes ces années qui est ressortie (...) D'où l'étranglement pour qu'elle se taise", a-t-il dit, arguant qu'Alexia "l'humiliait".

Le lendemain, il a emporté le corps dans un bois et y a mis le feu avant de donner l'alerte à la gendarmerie, prétendant que sa femme avait disparu lors d'un jogging. Le corps d'Alexia sera retrouvé deux jours plus tard.

Pendant trois mois, son visage de veuf éploré était apparu dans tous les médias, avant qu'il ne soit confondu, contribuant à alimenter la médiatisation intense de cette affaire en pleine vague #MeToo. Morte en 2017, Alexia Daval était la 127e sur les 140 victimes déplorées cette année-là. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Lire et commenter