Meurtre d'un automobiliste à Pau : après une semaine de cavale, le fugitif s'est rendu

Justice

DRAME - Le quinquagénaire qui avait pris la fuite après avoir poignardé un automobiliste sous les yeux de sa famille à Pau, le 25 août, s'est rendu aux autorités le 1er septembre. L'homme sera entendu par un juge d'instruction sur les raisons de son geste.

C’est la fin d’une semaine de cavale. Alors qu’un mandat d’arrêt européen avait été lancé à son encontre samedi 27 août, le chef d'entreprise de 57 ans qui avait pris la fuite jeudi 25 août, après avoir poignardé un automobiliste à Pau s'est finalement rendu à la police. Selon France Bleu Béarn qui rapporte l’information, Frédéric C. s'est rendu aux autorités jeudi soir dans la commune de Urdos, dans les Pyrénées-Atlantiques. 

C’est par le biais de son avocat, que ce dernier est entré en contact avec le parquet du tribunal de grande instance de Pau. Après avoir négocié les conditions de sa reddition, son avocat serait allé le chercher en Espagne pour lui faire passer la frontière. Placé en garde à vue, Frédéric C.  devrait être prochainement mis en examen. 

Rappel des faits

Décrit comme un homme "jovial" et "non violent" à LCI, il sera entendu par un juge d’instruction sur les raisons qui l’ont poussé à commettre l’irréparable. Pour rappel, le chef d’entreprise dans le BTP était à bord de sa Citroën C5 break sur l’avenue Mermoz à Pau, le 25 août vers 22h. Devant lui, un automobiliste de 29 ans, Baptiste S., originaire de Dax, circulait avec sa compagne et leurs deux enfants. 

Visiblement perdu, ce dernier s'est arrêté sur la voie publique pour demander son chemin, ce qui aurait énervé le quinquagénaire. Un peu plus loin, les deux voitures se sont retrouvées côte à côte au feu rouge. Le drame s'est noué en quelques secondes. 

Baptiste S. a "invectivé" l’automobiliste qui l'aurait suivi d'un peu trop près, avant de sortir de sa voiture et de taper sur la carrosserie de ce dernier, a rapporté le parquet qui s'appuie sur le récit des témoins. Sans un mot, Frédéric de Chérancé est sorti de sa Citroën à son tour et lui a planté un coup de couteau. Le père de famille s’est effondré sous les yeux de sa famille, avant de décéder une heure plus tard.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter