Meurtre de Sarah Halimi : le caractère antisémite non retenu à ce stade

DirectLCI
JUSTICE - En avril dernier, cette femme juive avait été défenestrée par son voisin. Celui-ci a été mis en examen lundi pour "homicide volontaire" mais le caractère antisémite n'a pas été retenu, a appris l'AFP de source judiciaire.

Le jeune voisin de Sarah Halimi, hospitalisé d'office depuis qu'il a roué de coups et défenestré cette femme juive en avril à Paris, a été mis en examen lundi pour "homicide volontaire" sans que soit retenu à ce stade de caractère antisémite, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.


Kobili Traoré, musulman de 27 ans, toujours interné depuis ce drame survenu le 4 avril dans un HLM du quartier de Belleville, a été interrogé lundi par les magistrats instructeurs qui l'ont "mis en examen pour homicide volontaire au préjudice de Mme Attal-Halimi et pour séquestration" d'une famille voisine, a indiqué cette source. 

Il a été présenté "au juge des libertés et de la détention et placé sous mandat de dépôt, mais reste toujours hospitalisé", a-t-elle précisé. Si cette mesure administrative était levée, le jeune homme serait conduit en détention provisoire. "Il s'est expliqué devant les juges, mais il conteste toute motivation antisémite à son acte", a ajouté une source proche de l'enquête.


Vers 04H30 cette nuit-là, Kobili Traoré, habitant avec ses proches au deuxième étage, s'était introduit chez sa voisine du dessus en passant par l'appartement d'une famille d'amis. Aux cris d'"Allah Akbar", entrecoupés d'insultes et de versets du Coran, il l'avait rouée de coups sur le balcon, avant de la précipiter dans la cour. Lucie Attal, aussi appelée Sarah Halimi - nom de son ancien époux -, était morte dans la chute. "J'ai tué le sheitan" (le démon, en arabe), avait hurlé le jeune homme. 

Une expertise psychiatrique a été ordonnée. Elle doit déterminer notamment si le jeune homme est pénalement responsable. Ce meurtre suscite une émotion toujours vive dans la communauté juive et les avocats des proches réclament que l'enquête retienne la circonstance aggravante d'antisémitisme. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter