Michel Fourniret suspecté dans l'affaire Lydie Logé : une information judiciaire ouverte pour "séquestration suivie de mort"

Le Grand document du 5 octobre : Michel Fourniret
Justice

ENQUÊTE - Une information judiciaire a été ouverte pour "séquestration suivie de mort" après les gardes à vue la semaine dernière du tueur en série Michel Fourniret et de son ex-femme Monique Olivier, dans le cadre de la disparition de Lydie Logé, en 1993 dans l'Orne.

Il est déjà condamné à perpétuité mais la justice compte bien mener cette nouvelle enquête à son terme. Le tueur en série Michel Fourniret, déjà condamné pour les meurtres de huit jeunes femmes, a été sorti de prison la semaine dernière pour être entendu quant à la disparition de Lydie Logé, en 1993, dans l'Orne. A la suite à cette garde à vue et de celle de son ex-femme complice, Monique Olivier, une information judiciaire a été ouverte pour "séquestration suivie de mort".

Une comparaison d'ADN a relancé l'enquête 25 ans après

Âgée de 29 ans au moment des faits, Lydie Logé n'a jamais été retrouvée. Sa disparition le 18 décembre 1993 avait déjà fait l'objet de deux enquêtes, entre 1994 et 1998, puis entre 2004 et 2009, mais toutes deux ont abouti à des non-lieux. En 2018, le parquet d'Argentan a rouvert l'enquête après la découverte de nouveaux éléments. Carole Etienne, procureure de la République de Caen, précise à l'AFP que c'est la comparaison concordante entre un ADN retrouvé dans le véhicule de Michel Fourniret et l'ADN d'une ascendante de Lydie Logé qui a relancé les investigations.

Des investigations qui vont encore être approfondies suite aux déclarations recueillies lors des gardes à vues, qui ont permis d'établir "un possible cheminement de Michel Fourniret dans l'Orne, qu'il ne conteste pas", selon la magistrate. Concernant Monique Olivier, condamnée pour complicité sur quatre meurtres de son ex-mari, la procureure a précisé à l'AFP que "son rôle n'est pas établi à ce stade des vérifications". Carole Etienne a cependant appelé à la prudence, assurant qu'il y a "encore des vérifications à faire".

Lire aussi

C'est la seconde fois que Michel Fourniret est rappelé devant la justice depuis sa condamnation en 2008 à la perpétuité incompressible, pour sept meurtres de jeunes femmes ou d'adolescentes entre 1987 et 2001, précédés d'un viol ou d'une tentative de viol. Le 16 novembre 2018, le tueur en série avait de nouveau été condamné à perpétuité pour l'assassinat de Farida Hammiche, en 1988.

Son ex-épouse était, elle, condamnée à 20 ans de réclusion criminelle supplémentaire. En 2008, Monique Olivier avait aussi été condamnée à la perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 28 ans, pour complicité sur quatre des meurtres et le viol en réunion d'une jeune fille.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter