REVIVEZ - Procès de Georges Tron : la première journée d'audience

DirectLCI
PROCÈS - Georges Tron, ancien secrétaire d'État et actuel maire de Draveil (Essonne), et son ex-adjointe à la culture, Brigitte Gruel, devront répondre de viols et d’agressions sexuelles en réunion sur deux anciennes employées, Eva Loubrieu et Virginie Ettel. Ils sont jugés depuis mardi et pour deux semaines devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis. Revivez la première journée d'audience avec notre journaliste sur place.
Live

C'est une affaire qui a éclaté après la retentissante arrestation à New York de Dominique Strauss-Kahn et qui est aujourd'hui jugée peu après l'éclatement du scandale Weinstein. Dans un contexte de libération de la parole des femmes, nul doute que le procès qui s’ouvre ce mardi devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis sera scruté, médiatisé, commenté. Le maire de Draveil, Georges Tron, et son ex-adjointe à la culture, Brigitte Gruel, devront répondre de viols et d’agressions sexuelles en réunion sur deux anciennes employées, Eva Loubrieu et Virginie Ettel. 

L'affaire dépaysée pour assurer la sérénité des débats

Les plaignantes accusent l'ancien Secrétaire d'État chargé de la Fonction publique sous Nicolas Sarkozy (entre 2010 et 2011) de violences sexuelles sous couvert de réflexologie plantaire entre 2007 et 2010, avec la participation de celle qu'elles décrivent comme sa maîtresse, Brigitte Gruel. Eva Loubrieu et Virginie Ettel dénoncent l'emprise et les pressions que l'homme aurait exercées sur elles et leur incapacité à s'opposer, tétanisées face à ce puissant employeur. Georges Tron clame, lui, son innocence et dénonce un complot ourdi par ses adversaires d'extrême droite. 

En 2013, après deux ans et demi d'enquête, deux juges d'instruction avaient prononcé un non-lieu. L'année suivante, la cour d'appel de Paris avait finalement renvoyé le dossier devant les assises. L'affaire a été dépaysée à la demande du parquet d'Evry faisant valoir que la "personnalité locale" de Georges Tron pouvait entacher la sérénité des débats. Ceux-ci ne devraient pas l'être beaucoup plus, chaque camp promettant avant même le début des audiences de rendre coup sur coup. Paroles contre paroles. Les jurés ont deux semaines pour rendre leur verdict. Brigitte Gruel et Georges Tron encourent 20 ans de réclusion. LCI vous fait vivre l'audience avec notre journaliste sur place. 

Plus d'articles

Sur le même sujet