Mondiaux d'athlétisme : le président du PSG Nasser al-Khelaïfi mis en examen pour "corruption active"

Justice
TOURMENTE - Le président du PSG Nasser al-Khelaïfi a été mis en examen pour "corruption active", dans l'enquête sur des soupçons de corruption en marge des candidatures de Doha aux Mondiaux d'athlétisme de 2017 et 2019. Il est soupçonné d'avoir voulu "acheter" les Mondiaux d'athlétisme 2017.

Selon des informations révélées par Le Parisien, et confirmées de source judiciaire à l'AFP, le président du Paris Saint-Germain Nasser al-Khelaïfi a été mis en examen ce jeudi pour "corruption active",  dans l'enquête sur des soupçons de corruption en marge des candidatures de Doha aux Mondiaux d'athlétisme de 2017 et 2019. Une mise en examen effectuée par courrier, selon des sources concordantes à l'agence de presse.

Un versement de 3,1 millions d'euros validé ?

En mars dernier, le patron du club parisien avait déjà été placé sous le statut de témoin assisté dans cette information judiciaire ouverte à Paris, qui vise également les conditions d'attribution des JO de Tokyo-2020 et de Rio-2016. Avant d'être convoqué de nouveau le 16 mai dernier par le juge Renaud van Ruymbeke. Nasser Al-Khelaïfi ne s'y était cependant pas présenté, invoquant sa présence à la finale de la Coupe de l'émir du Qatar de football.


Selon Le Parisien, le juge Van Ruymbeke soupçonne "NAK" d'avoir "validé" un versement à hauteur de 3,1 millions d'euros en faveur de Lamine Diack, l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), dans le but de faciliter l’obtention des Mondiaux d’athlétisme à Doha en 2017. Au cours de l'enquête, le juge aurait découvert deux virements d’un montant total de 3,5 millions de dollars effectués fin 2011 par la société Oryx au profit de Pamodzi.

Des accusations qui "ne reposent sur rien"

Selon Francis Szpiner, l’avocat de Nasser Al-Khelaïfi, ces accusations sont "totalement inexactes" et "ne reposent sur rien". "Le nom de Nasser Al-Khelaïfi n’apparaît sur aucun document du dossier. Ces incriminations ne reposent sur aucun élément de preuve tangible. (...) Il faut savoir que l’audition initiale de Nasser Al-Khelaïfi n’a eu pour origine qu’une confusion regrettable opérée par le magistrat instructeur qui a confondu Oryx QSI, une société purement privée dirigée par son frère, avec QSI un fonds souverain qatarien dont Nasser Al-Khelaïfi est président !" a déclaré l'avocat au journal.


Avant d'ajouter : "Nasser Al-Khelaïfi n’a jamais été opérationnellement impliqué dans la candidature de la ville de Doha pour les Championnats du monde d’athlétisme."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter