Mort de Rémi Fraisse : les juges délivrent un non-lieu, le père du militant tué dénonce "une justice aux ordres"

DirectLCI
JUSTICE - Conformément aux réquisitions du parquet, la justice a délivré ce mardi une ordonnance de non-lieu dans le dossier de la mort de Rémi Fraisse, tué par la grenade offensive d'un gendarme mobile lors d'une manifestation contre le barrage de Sivens, dans le Tarn. La famille du jeune militant va faire appel.

Trois ans après, les juges d'instruction ont rendu une ordonnance de non-lieu en faveur du gendarme ayant tiré la grenade qui a tué le militant écologiste, en octobre 2014 sur le chantier du barrage de Sivens (Tarn). Cette décision était attendue puisque conforme aux réquisitions du parquet en juin 2017. 


"La justice est aux ordres, la raison d'État de deux gouvernements successifs a prévalu alors qu'il n'y avait aucune raison puisqu'il y a mort d'homme", a immédiatement réagi auprès de l'AFP Jean-Pierre Fraisse, le père du militant.

Il n'y a pas d'autre issue possible qu'un non-lieuJean TAMALET, avocat du gendarme auteur du tir de grenade

Joint par LCI, Jean Tamalet, l'avocat du gendarme a réagi à cette annonce : "D'un point de vue procédural, quand personne n'est mis en examen, il n'y a pas d’autre issue possible qu'un non-lieu", confie-t-il. "Ce non-lieu était déjà décidé en réalité. Le dossier avait été clôturé par l'article 175 en janvier dernier, la seule et unique issue possible était un non-lieu sauf à ce que le parquet requiert de mises en examen dans les délais. Ça n'a pas été le cas."

Il ajoute : "Si les juges ont mis autant de temps à rédiger cette ordonnance, c'est parce que le dossier est colossal en termes de contenus. Il y a énormément d’actes d'investigations, beaucoup plus que le commun des dossiers. Il y a eu un travail acharné qui a été mené par les enquêteurs et par les deux juges d'instruction. À l'image de la taille de ce dossier les juges d'instruction ont mis le temps qu’il fallait pour rédiger cette ordonnance." La famille de Rémi Fraisse va faire appel de cette décision.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter