Oeuvre de Banksy volée à Paris : le suspect met en cause l'artiste, celui-ci dément catégoriquement

Le pochoir de Banksy a été dérobé dans la nuit du 1er au 2 septembre 2019 à proximité du centre Georges Pompidou.
Justice

FAIT DIVERS - L'œuvre "Le rat au cutter" qui avait été réalisé par Banksy derrière Beaubourg avait été volée dans la nuit du 1er au 2 septembre 2019. Le délit avait été filmée. Suspecté du vol, Mejdi R. a affirmé aux enquêteurs que c'est Banksy lui même qui lui avait passé commande. Mais celui-ci dément formellement.

Une riveraine avait filmé la scène. Elle s'était demandé pourquoi, à 3h30 du matin dans la nuit du 1er au 2 septembre 2019, des personnes faisaient autant de bruit en découpant un panneau de voirie. A bord de leur camion, les individus étaient en réalité venus dérober une oeuvre valant plusieurs milliers d'euros, réalisée au pochoir par l'artiste Banksy : un rat tenant un cutter. 

Début février,  les enquêteurs du 1er district de la police judiciaire parisienne avaient procédé à l'interpellation de trois suspects et retrouvés au domicile du principal trois œuvres susceptibles d'être attribuées à Banksy... Mais pas celle représentant le fameux rongeur. Deux suspects, un homme et une femme, avaient finalement été mis hors de cause. Mejdi R., 34 ans et gravitant dans le milieu du street art reste, lui, dans le viseur. 

Aux enquêteurs, ce dernier a fait des déclarations pour le moins surprenantes, affirmant qu'il connaissait Banksy et que c'était ce dernier qui l'avait missionné pour ce vol, en réaction au vol de sa silhouette blanche, peinte sur la porte de secours du Bataclan, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, révèle Le Parisien ce vendredi.

Lire aussi

Banksy dément toute implication

Mejdi R. a recouvré la liberté après avoir été placé sous contrôle judiciaire et les investigations se poursuivent, non sans mal. Le quotidien rappelle ainsi deux difficultés de taille : "L'absence de propriétaire de l'œuvre" et le fait que Banksy n'ait pas porté plainte. 

"La qualification retenue à ce stade de la mise en examen de mon client n'est pas fondée, car le propriétaire d'un bien ne peut pas se voler lui-même. Or, il est intervenu à la demande de Bansky", indique Me Antoine Vey, avocat de Mejdi R. à nos confrères du Parisien. La défense essaie d'obtenir une attestation de l'artiste accréditant le fait qu'il ait fait appel à lui, explique le journal. Mais Banksy lui-même a "catégoriquement démenti être impliqué en quoi ce que soit dans le vol de ses oeuvres parisiennes", a-t-il indiqué dans un message adressé au journal par son attachée de presse.  

L'oeuvre en question, elle, est toujours introuvable. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent