Plainte contre Matzneff : "Devant un tribunal, on est pas à Saint-Germain-des-Prés"

Plainte contre Matzneff : "Devant un tribunal, on est pas à Saint-Germain-des-Prés"
Justice

Toute L'info sur

L’affaire Gabriel Matzneff, écrivain accusé de pédocriminalité

JUSTICE - L'association de prévention contre la pédophilie l'Ange Bleu a porté plainte contre Gabriel Matzneff pour apologie du crime. La première audience aura lieu le 12 février.

"Ce que l’on attend, c’est que Gabriel Matzneff rencontre la justice pour la première fois", explique l’avocat de l’association l'Ange Bleu, Maitre Méhana Mouhou, à LCI. Cette association de prévention contre la pédophilie porte plainte contre l'écrivain pour "apologie de crime" et pour "provocation à commettre des atteintes sexuelles et des viols sur mineurs".

Dans le cadre de cette affaire, pas besoin d’instruction : il y a déjà des aveux dans ses livres- Maitre Mehana Mouhou, avocat de l'association de prévention contre la pédophilie l'Ange Bleu

Une plainte pour des faits qui ne seront pas prescrits, et qui n'auront pas besoin d'enquête pour amener l'accusé devant un tribunal. "Dans le cadre de notre affaire, n’y a pas besoin d’instruction : il y a déjà des aveux dans ses livres et ailleurs". C'est pour cette raison que l'association a pu choisir de "citer" elle-même l'écrivain à comparaître devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, spécialisée dans les affaires de presse et de liberté d'expression.

Lire aussi

L'apologie de crime : 5 ans de prison et 45 000€ d’amende

Une citation directe permet à une victime - ou un tiers - de convoquer directement l'auteur présumé devant le tribunal, sans qu'une enquête préalable ne soit menée par des enquêteurs. C'est à la victime de collecter les preuves de culpabilité de l'auteur présumé des faits. Pour le cas Matzneff, ses dizaines de livres, notamment les tomes de son Journal Intime, ou encore ses interviews et prises de parole dans la presse, sont largement suffisants pour convoquer l'écrivain. "Se vanter d’avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs de moins de 15 ans entre dans le cadre de l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur l’apologie de crime et de viol, qui prévoit 5 ans de prison et 45 000€ d’amende", affirme l'avocat de l'Ange Bleu.

Gabriel Matzneff a toujours cherché à normaliser la pédophilie (...) Il n'exprime aucun regret quant à sa relation avec une mineure- Citation à comparaître devant la justice adressée à Gabriel Matzneff

Dans sa citation à comparaître, l'association estime que "Gabriel Matzneff a toujours cherché à normaliser la pédophilie, racontant ses aventures avec des mineurs dans ses ouvrages et autres publications". L'ange Bleu ajoute que "dans son droit de réponse à Vanessa Springora, il n'exprime aucune réserve ni aucun regret quant à la relation qu'il a entretenue avec une mineure qui à l'époque avait moins de 15 ans" et estime par ailleurs que "le statut d'écrivain célèbre de Gabriel Matzneff renforce le poids de ses propos qui bénéficient alors d'une diffusion à grande échelle".

Ainsi, si l'auteur est coupable d'apologie de crime, ceux qui ont aidé à répandre les récits de Gabriel Matzneff pourraient aussi potentiellement être coupables. "Nous n’avons pas fait citer les éditeurs, mais eux aussi ont une responsabilité morale et déontologique. Les éditeurs auraient dû prendre conscience de la violence faite aux enfants", confirme l'avocat de l'Ange Bleu. Une épée de Damoclès qui a conduit trois maisons d'édition à annoncer l'arrêt de la commercialisation des livres de Matzneff cette semaine.

Lire aussi

Une première audience mercredi 12 février

Une première audience de procédure doit avoir lieu le 12 février. Un éventuel procès n'arriverait que dans un second temps. Mais ce qui compte, comme Me Mouhou l'expliquait également à l'AFP, c'est que "pour la première fois, il sera confronté au code pénal et devra répondre de ses actes". Auprès de LCI, il insiste : "Devant un tribunal, on est pas à Saint Germain-des-Prés. Trop longtemps, l'impunité a sévi et la justice doit le juger sans complaisance. Les propos vantant la pédophilie sont extrêmement graves et le travail de l’association L’Ange Bleu est entaché par son comportement. Nous voulons envoyer un signal pédagogique : les abuseurs ont trop sévi !"

En parallèle, une enquête préliminaire pour "viols commis sur mineur" de moins de 15 ans a été ouverte par le parquet de Paris le 3 janvier, soit le lendemain de la parution du livre "Le consentement" de l'éditrice Vanessa Springora. Dans ce livre, qui a déclenché toute la polémique sur Gabriel Matzneff, l'éditrice met en cause l'écrivain de 83 ans pour leur relation alors qu'elle était encore mineure, et dont elle a mis des années à se remettre psychologiquement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent