Pédophilie : des victimes présumées appellent Macron à lever l'immunité diplomatique de l'ambassadeur du pape en France

Justice
APPEL - Trois victimes présumées d'agressions sexuelles commises par l'ambassadeur du pape en France demandent au chef de l'Etat la levée de son immunité diplomatique, qui entrave la justice. Ce vendredi, la ministre des Affaires européennes a dit attendre du Vatican qu'il prenne "ses responsabilités".

La libération de leur parole aura été vaine, s'ils sont dans "l'impossibilité de faire valoir leurs droits". Et pour cause, trois hommes, victimes présumées d'agressions sexuelles commises par l'ambassadeur du Vatican en France ont porté plainte, mais les enquêtes se heurtent à l'immunité diplomatique dont jouit Luigi Ventura. 


C'est dans une tribune publiée ce jeudi dans Libération que Mathieu de La Souchère, Benjamin et Thomas interpellent Emmanuel Macron, Marlène Schiappa, Jean-Yves Le Drian et le Vatican, en les priant de "joindre leurs paroles à leurs actes", et de lever l'immunité diplomatique de celui dont ils disent avoir été victimes ces derniers mois. 

La France attend du Vatican qu'il prenne "ses responsabilités"

Sans compter l'annonce faite ce jeudi par la nonciature - l'ambassade du Vatican - à Ottawa concernant une plainte le visant déposée au Canada, deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Paris pour "agressions sexuelles" contre Luigi Ventura courant janvier. Pour autant, le nonce "ne peut être ni entendu, ni arrêté, ni jugé pour les faits dont nous avons été victimes", déplorent les trois hommes dans cette tribune. 

Dès lors, ils estiment être dans "l'impossibilité de faire valoir les droits" que le système judiciaire "a pour obligation de nous offrir". Les trois hommes regrettent par ailleurs le "silence coupable de l'Etat" qu'ils interprètent comme une "complicité". Silence qu'ils avaient déjà essuyé suite aux demandes écrites restées sans réponses au chef de l'Etat, au ministre des Affaires étrangères ainsi qu'au procureur de la République de Paris pour enclencher le processus de levée d'immunité.


Ce vendredi matin, la ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a dit attendre du Vatican qu'il prenne ses "responsabilités" dans cette affaire. "J'attends que le Saint-Siège prenne ses responsabilités", a-t-elle déclaré sur CNEWS.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter