Picasso, escroquerie, espionnage, corruption… tout comprendre à l’affaire qui implique le président de l’AS Monaco

Picasso, escroquerie, espionnage, corruption… tout comprendre à l’affaire qui implique le président de l’AS Monaco

DirectLCI
TENTACULAIRE – Ce jeudi, Dimitri Rybolovlev, milliardaire russe et président du club de foot de l'AS Monaco, a été inculpé pour "complicité d'atteinte à la vie privée". Un rebondissement parmi d'autres dans l'invraisemblable bras de fer médiatico-judiciaire qui l'oppose à son ex-marchand d'art suisse Yves Bouvier.

De victime à suspect, il n’y a parfois qu’un pas. Dimitri Rybolovlev peut en témoigner. Le milliardaire russe, propriétaire et président de l’AS Monaco depuis 2011, avait en effet lui-même lancé, en déposant une plainte "escroqueries" et "faux en écritures", l’affaire qui lui vaut ce jeudi d’être inculpé pour "complicité d'atteinte à la vie privée de Tania Rappo". En outre, la justice monégasque cherche désormais à savoir si le dirigeant a tenté de corrompre la police et la justice de la Principauté pour obtenir gain de cause. Comment en est-on arrivé là ? Une chronologie des faits s’impose.

Tout commence en 2003, quand Rybolovlev rencontre Yves Bouvier, un fameux marchand d’art suisse. "C'est une amie, très proche de notre famille, Tania Rappo, qui m'a présenté à lui. Elle est venue chez nous, à Genève, accompagnée d'Yves Bouvier. A l'époque, Tania Rappo était notre amie la plus proche. Elle était la marraine de notre fille cadette, Anna, et elle était considérée comme un membre de notre famille. Elle a su créer une atmosphère de confiance", expliquait le milliardaire russe le 25 septembre, dans les colonnes du Parisien. Le seul entretien qu’il a accordé depuis 2015.

La fille de Jacqueline Picasso a (aussi) porté plainte

"Très rapidement, il (Yves Bouvier) m'offre ses services d'intermédiaire pour acquérir des œuvres d'art. Il m'explique notamment que, compte tenu de sa position, via sa société de stockage, Natural Le Coultre, il a un accès direct aux propriétaires des œuvres qui y sont entreposées et qu'il est, du coup, capable d'en obtenir le meilleur prix", poursuivait Rybolovlev. Ont suivi les achats de 37 tableaux pendant dix ans, pour une valeur cumulée de 2 milliards d’euros. Parmi eux, deux tableaux de Picasso, dont on découvrira qu'ils ont été volés à une de ses héritières (elle déposera plainte, en découvrant l'affaire, pour "vol", "recel de vol" et "abus de confiance" contre Bouvier et Rybolovlev en mars 2015).

Le 31 décembre 2014, c’est la douche froide. L’oligarque, qui a fait fortune dans le potassium (le magazine Forbes le classe 156e fortune mondiale avec 8 milliards d’euros), dîne alors avec une connaissance à New York. Il évoque l'achat d'un Modigliani, "Nu couché au coussin bleu", pour 118 millions de dollars. Et l'homme en face de lui assure que le vendeur a cédé cette toile pour 93,5 millions... "Au bonheur d'avoir constitué cette belle collection s'est superposé un immense sentiment de trahison, d'autant plus fort que cette trahison est le fait de personnes très proches", affirme celui qui, quelques semaines plus tard, déposera plainte pour "escroqueries" et "faux en écritures".

En tout, Yves Bouvier est soupçonné d’avoir extorqué à son ex-ami, via une commission de 2% sur chaque œuvre d’art vendue, près de 40 millions d’euros. Tania Rappo, l’entremetteuse bulgare, aurait, elle, perçu près de 100 millions d’euros de rétrocommissions.  Tous deux ont été mis en examen le 25 février dernier. En conséquence de quoi, Tania Rappo déposera plainte à son tour contre Rybolovlev , pour atteinte à sa privée. En cause : un enregistrement réalisé à son insu, durant un dîner informel au domicile du Russe, par l’avocate de Rybolovlev, ensuite transmis à la police. 

Quelques heures de garde à vue pour le garde des Sceaux monégasque

Yves Bouvier a, lui, remarqué qu'il a été interpellé par les policiers de la sûreté monégasque alors qu'il pensait se rendre à un rendez-vous avec Rybolovlev, au moment même où il mettait le pied à Monaco… Cela l'a conduit à accuser le milliardaire russe d'avoir profité de ses relations avec des hauts fonctionnaires monégasques, dont le garde des Sceaux Philippe Narmino, pour le faire arrêter et inculper. Résultat : ledit garde des Sceaux a été placé en garde à vue le 22 septembre dernier, quelques heures après l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour trafic d'influence. Quelques jours auparavant, Philippe Narmino avait même demandé, et obtenu du prince Albert II, son départ anticipé à la retraite, en raison des perquisitions qu’il avait ordonnées. Des perquisitions qui pourraient bien émaner de Rybolovlev lui-même. Le Monde a en effet révélé, le 14 septembre, le séjour de Philippe Narmino et son épouse  à Gstaad, en Suisse, dans le chalet des Rybolovlev début 2015. Soit au moment même où le Russe avait porté plainte... Autant dire que la fin du feuilleton n’est pas pour tout de suite. 

Plus d'articles

Sur le même sujet