"Plus doit être fait" : onze familles assignent en justice l'Union Européenne et sa politique climat

"Plus doit être fait" : onze familles assignent en justice l'Union Européenne et sa politique climat

DirectLCI
MAKE OUR PLANET GREAT AGAIN ? - C'est une première en Europe : une dizaine de familles, victimes des effets du réchauffement climatique, portent plainte contre l'UE, jugeant sa politique environnementale "insuffisante". Parmi elles, un paysan retraité français.

Des familles de l'Union Européenne, du Kenya et des îles Fidji ont déposé une plainte, jeudi 24 mai, devant la Cour européenne de Justice. Leur combat : obliger le Parlement et le Conseil européen à se mobiliser davantage contre le réchauffement climatique. Selon eux, les objectifs de l'Union – réduire d'au moins 40% par rapport à 1990 les émissions de CO2 – sont insuffisants. Selon le Réseau Action Climat (RAC), qui réunit des ONG de toute l'Europe et porte cette affaire, il s'agit d'une première au niveau européen.


"44% en 6 ans : c'est la perte de récole de lavande à laquelle on fait face en Provence à cause des impacts du réchauffement climatique qui nous frappe de plus en plus", rapporte Maurice Feschet, 72 ans. "L'UE doit maintenant écouter ses citoyens qui sont impactés par ce dérèglement climatique et mettre en place les mesures nécessaires pour les protéger", avance ce plaignant français. Face aux épisodes de sécheresse ou de gel tardif selon les années, son fils qui a repris la ferme familiale à Grignan, dans la Drôme, connaît de réelles difficultés à maintenir l'exploitation.

Armando Carvalho, est lui, propriétaire forestier dans le centre du Portugal. Tous ses arbres détruits par le feu l'année dernière. En Roumanie, c'est une famille d'éleveurs qui s'est joint à cette plainte. "Année après année, les températures grimpent", expliquent Petru Vlad. "Il n'y a plus assez d'eau pour notre bétail. Je dois emmener mon troupeau à 1400 mètres d'altitude au lieu des 700 m habituels pour trouver de l'herbe, mais surtout de l'eau". Sur le continent africain, une famille kényane fait face à à une chaleur extrême qui met en danger tous ses membres. 


"Les familles de plaignants ont confiance en l'Union Européenne et son système légal pour qu'ils leur assurent leurs droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la propriété et qui sont menacés par le réchauffement climatique".


Ce sont des familles qui vivent près des côtes, des familles qui ont des forêts, des familles qui vivent dans la montagne et voient les glaciers fondre", a expliqué à l'AFP leur avocate Roda Verheyen.

Dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat qui vise à limiter le réchauffement à maximum 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, les Etats se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Mais les plans nationaux actuels conduiraient à un monde à +3°C, avec son lot annoncé de sécheresses, ouragans et territoires submergés par les eaux.

Épaulées par de nombreuses ONG, juristes et avocats, ce n'est pas l'argent qui les motive :  "Je ne cherche pas à être indemnisé mais à alerter les autorités de l'UE", qui ont "une responsabilité de leader au niveau mondial sur ces questions", a expliqué à l'AFP Armando Carvalho, une plaignante portugaise. "L'UE partage la responsabilité (du changement climatique) avec d'autres pays dans le monde", ajoute Wendel Trio, directeur du RAC Europe.


Ces familles de huit pays demandent à la Cour de justice d'annuler trois directives réglementant notamment les émissions des secteurs industriels et des Etats membres, tout en les maintenant en vigueur jusqu'à leur renforcement.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter