Policier agressé à Lyon : trois personnes mises en examen

Policier agressé à Lyon : trois personnes mises en examen

ENQUETE - Trois personnes, dont deux mineurs, ont été mis en examen pour "violences volontaires" après l'agression d'un policier et de sa compagne le week-end dernier à Lyon.

Ils ont reconnu avoir été présents sur les lieux de l'agression. Trois personnes, dont deux adolescents, soupçonnées d'avoir agressé un policier à Lyon alors qu'il rentrait chez lui avec sa compagne, ont été mis en examen pour "violences volontaires", a indiqué mercredi  17 juin le parquet de Lyon. Il s'agit d'un majeur et de deux mineurs, de 14 et 17 ans, jusqu'à présent inconnus des services de justice. Le majeur et le mineur de 17 ans ont été placés en détention provisoire.

Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche vers 4h du matin. Le policier, en civil et accompagné de sa compagne, raconte avoir manqué de se faire percuter par un véhicule, avant de se faire insulter par son conducteur et son passager, le traitant de "sale flic".

Le policier s'est vu prescrire 45 jours d'ITT

Après un premier échange de coups, les deux agresseurs présumés sont allés chercher une dizaine d'autres personnes pour frapper le policier, selon le parquet. Le policier présente "plusieurs fractures à la cheville, une luxation du talon d'Achille et de nombreuses ecchymoses sur tout le corps" et s'est vu prescrire une incapacité totale de travail de 45 jours. Sa compagne a aussi reçu un coup à la clavicule (ITT de 3 jours).

Les trois mis en examen reconnaissent "leur présence sur les lieux de l'agression tout en minimisant leur participation et en contestant avoir connu la qualité de policier de la victime", a souligné le procureur Nicolas Jacquet.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte au tsunami du Japon aux États-Unis : la menace terminée mais d'importants dégâts aux Tonga

Présidentielle 2022 : voici les sept candidats de gauche à la Primaire populaire

EN DIRECT - Pass vaccinal : le texte voté au Sénat, vers l'adoption définitive ce dimanche

Covid à l'école : "Nous avons peut-être commis des erreurs", reconnaît Jean Castex

"Je remplis l'attestation en disant qu'il est négatif et basta" : ces parents qui ne font plus tester leurs enfants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.