Policier municipal de Drancy accusé de violences : le parquet de Bobigny s'oppose à la requalification en viol

Policier municipal de Drancy accusé de violences : le parquet de Bobigny s'oppose à la requalification en viol

JUSTICE - Le tribunal qui jugeait un policier municipal de Drancy pour des violences avec sa matraque sur un jeune homme lors d'une interpellation en 2015 s'était déclaré lundi incompétent et avait réclamé la requalification des faits en "viol". Le parquet de Bobigny a fait appel de cette décision.

Le parquet de Bobigny a annoncé ce mardi avoir fait appel de la décision du tribunal correctionnel de voir requalifiées en viol les poursuites engagées contre un policier municipal de Drancy qui avait blessé avec sa matraque un jeune homme en 2015. La veille, le tribunal de Bobigny qui devait rendre son jugement à l'encontre de l'agent municipal de 33 ans poursuivi pour "violences aggravées" s'était déclaré incompétent. 

Au vu des certificats médicaux présentés par la victime faisant état d'une "pénétration anale", "les faits sont de nature à entraîner une requalification criminelle", avait déclaré la présidente de la 14e chambre. Autrement dit, requalifier les faits en viol.  Si l'avocate du jeune Alexandre s'était félicitée de cette demande, l'avocat du policier Florent Hauchecorne nous avait indiqué avoir reçu l'instruction de son client de faire appel de cette décision. "Il sera déposé dans les tout prochains jours", nous avait-il précisé lundi soir. Il est suivi ce mardi par le parquet de Bobigny qui s'oppose à cette requalification. Il appartient désormais à la cour d'appel de Paris de statuer sur la nature des poursuites dans cette affaire. 

Les faits remontaient au 29 octobre 2015, à Drancy. Ce soir-là, une patrouille de policiers municipaux intervenaient pour du tapage nocturne dans un immeuble de la ville. C'est là qu'ils avaient interpellé Alexandre, aujourd'hui âgé de 29 ans. Lors de son transfert à Bobigny pour son placement en garde à vue, le jeune homme aurait été violenté. Pour le contraindre à monter dans un véhicule, le fonctionnaire, Arnaud P., aurait fait usage de sa matraque télescopique. Le jeune homme affirme qu'il lui a introduite dans l'anus. A l'hôpital, un médecin avait constaté une "plaie ouverte profonde de 1,5 cm". Alexandre s'était vu prescrire dix jours d'interruption totale de travail (ITT).

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite à Paris maintiennent leur appel

EN DIRECT - Fin de la traque dans les Cévennes : le suspect en garde à vue pour "assassinat"

Tensions au Proche-Orient : d’où vient l’arsenal militaire du Hamas ?

VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

"Excusez-moi, je me rends" : la fin de cavale du fugitif des Cévennes, "affaibli et hagard"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.