Policière agressée à Argenteuil : deux hommes jugés cet après-midi en comparution immédiate

Policière agressée à Argenteuil : deux hommes jugés cet après-midi en comparution immédiate

Justice
DirectLCI
JUSTICE - Les deux majeurs interpellés après qu'un contrôle de police a dégénéré vendredi à Argenteuil (Val-d'Oise) seront jugés dès ce lundi en comparution immédiate au tribunal de Pontoise. L'avocat de l'un d'eux va demander le renvoi car il estime qu’il n’y pas eu d’enquête et que tous les témoins n’ont pas été entendus.

Vendredi 5 janvier, en fin d’après-midi, une policière qui intervenait dans le quartier Val-Notre-Dame à Argenteuil (Val d'Oise) a été blessée au cours d’une bagarre survenue après une interpellation compliquée. Touchée au bras et à l’œil notamment, elle s'est finalement vu prescrire un total d'incapacité totale de travail (ITT) de 42 jours, contre 30 dans un premier temps. Un autre fonctionnaire, également blessé lors des faits, est quant à lui à 10 jours d'ITT.

Une vidéo ?

Ce week-end, quatre personnes -deux mineurs et deux majeurs- ont été interpellés. Placés en détention, les deux majeurs seront jugés en comparution immédiate ce lundi après-midi au tribunal de Pontoise respectivement pour outrage, rébellion et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique ayant nécessité une interruption temporaire de travail supérieure à 10 jours et, pour l'autre menace de délit contre personne dépositarire de l'autorité publique et rébellion. L'avocat de l'un d'entre eux a fait savoir qu'il allait demander le renvoi car il estime qu’il n’y pas eu d’enquête et que tous les témoins n’ont pas été entendus. 


Il affirme également qu'il possède une vidéo corroborant la version de son client. Celui-ci, qui a un bras dans le platre et qui dit avoir reçu une cinquantaine de coups de matraque, affirme qu'il n’y a pas eu débordement. Il explique que les policiers ont voulu contrôler un enfant et que les autres jeunes présents ont alors dit que cela ne se faisait pas.

L'IGPN (Inspection générale de la police), la "police des polices", est également saisie de l'affaire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter