Pour des appels de phare, il avait tiré sur le conducteur : douze ans de prison

Pour des appels de phare, il avait tiré sur le conducteur : douze ans de prison

RÉCLUSION - Mehdi Kerbadou a été condamné mercredi à 12 ans de prison pour tentative de meurtre. Il avait ouvert le feu à cinq reprises sur un automobiliste qui lui avait fait des appels de phare.

Il est peu après quatre heures du matin ce mercredi 5 mars 2014 quand Francesco A, se fait doubler sur l’autoroute A7 par une voiture qui le rase. Au volant de sa fourgonnette transportant des médicaments, il réagit en appuyant sur la manette contrôlant les phares. "Il est réellement passé très près, mon fourgon a tangué. J’ai fait des appels de phare, raconte-t-il. Peut-être six ou sept, je n’ai même pas klaxonné."

Au volant de sa voiture, Mehdi Kerbadou décide alors d’attendre la fourgonnette à la barrière de péage suivante. Une fois celle-ci franchie, à 120 km/h, Francesco essuie cinq tirs. Parvenant à maîtriser son véhicule, il se réfugie derrière la barrière de sécurité. Agé de 51 ans, il est aujourd’hui infirme d’une jambe, un projectile 9 mm lui ayant sectionné partiellement le nerf sciatique.

Ancien gendarme adjoint volontaire

"Tout ça pour quoi ?, interroge l’avocat général devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône. Pour un banal différend de la circulation routière, un homme va se sentir humilié, bafoué dans son honneur, vivre une offense suprême. Quelques appels de phare contre cinq projectiles de 9 mm, le combat est complètement inégal."

En face, Mehdi Kerbadou affiche déjà quelques lignes à son casier judiciaire. L’homme de 36 ans a été condamné trois fois pour des violences commises au casino d’Aix-en-Provence, dont il était responsable de la sécurité, et pour un accident de voiture alors qu’il était alcoolisé et avait consommé de la cocaïne, dans lequel un automobiliste avait été blessé. Ancien gendarme adjoint volontaire, il avait également fait usage intempestif de son arme de service en 2006, mais avait soutenu que le tir – qui s’était logé dans le capot d’un véhicule – était involontaire.

Lire aussi

Il clame son innoncence

Les expertises ont d’ailleurs démontré la présence de résidus de tirs identiques dans les deux véhicules. Interrogé sur ce fait, il a simplement répondu : "Je ne saurais vous expliquer". Clamant son innocence mais reconnaissant avoir été au volant de sa Peugeot 207 sur l’A7 à l’heure des faits, il a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle pour tentative de meurtre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : deux morts, une personne toujours portée disparue

EN DIRECT - "Je crois profondément que les Français vont pouvoir passer des fêtes de Noël sereines", affirme Macron

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Vaccins, formes graves... L'OMS rassurante sur le variant Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.