Affaires des primes en liquide : condamné à de la prison ferme, Claude Guéant se pourvoit en cassation

Justice
DirectLCI
PRISON - L'ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, a été condamné ce lundi par la Cour d'appel de Paris à deux ans de prison, dont un ferme. L'amende de 75.000 euros dont il avait écopé en première instance a par ailleurs été confirmée. L'avocat de Claude Guéant, Philippe Bouchez El Ghozi vient d'annoncer à LCI, qu'ils allaient se pourvoir en cassation.

Condamné le 13 novembre dernier à deux ans de prison avec sursis pour "complicité de détournement de fonds publics et recel", Claude Guéant avait fait appel du jugement. Sa peine a été alourdie : l'ex-bras droit de Nicolas Sarkozy a écopé, ce lundi, de deux ans de prison, dont un an ferme et un an assorti d'un sursis mis à l'épreuve. 


La cour d'appel de Paris a par ailleurs confirmé l'amende de 75.000 euros d'amende et l'interdiction d'exercer toute fonction publique pendant cinq ans prononcées en première instance. Selon les informations de LCI, Claude Guéant va se pourvoir en cassation.

Des faits qui remontent à 2002

Les faits remontent à l'époque où Claude Guéant était le directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, qu'il accompagnera ensuite à l’Élysée comme secrétaire général, avant d'être nommé à son tour ministre de l'Intérieur.


L'affaire portait sur des primes en espèces que se versaient chaque mois des membres du cabinet de Nicolas Sarkozy et qui étaient prélevées sur une enveloppe destinée aux frais d'enquête et de surveillance (FES) des policiers. La procédure vise un montant global de 210.000 euros (10.000 euros par mois) remis entre 2002 et 2004 par Michel Gaudin, directeur général de la police nationale, à Claude Guéant, qui en a gardé la moitié et reversé le solde à ses trois collaborateurs.

En vidéo

Guéant condamné dans l’affaire des primes en liquide, paierait sa proximité avec Sarkozy

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter