Procès Balkany : rejet des demandes de renvoi, Dupond-Moretti s'insurge

Justice
DirectLCI
JUSTICE - Le procès des époux Balkany s'est ouvert ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Paris. Le maire de Levallois, Patrick Balkany est arrivé à la cité judiciaire du 17e arrondissement entouré de ses avocats. Son épouse, hospitalisée après une tentative de suicide, n'était pas présente. La demande de renvoi a été rejetée.

Sous les flashs et devant les caméras, l'édile n'est pas passé inaperçu ce lundi dans l'enceinte de la cité judiciaire. C'est là , devant le tribunal correctionnel de Paris, que ce lundi 13 mai en début d'après-midi, s'est ouvert le procès pour fraude fiscale et blanchiment de Patrick et Isabelle Balkany en présence du maire LR de Levallois-Perret.  


La poursuite du procès demeurait toutefois incertaine en l'absence de son épouse et première adjointe, hospitalisée depuis le 1er mai après avoir ingéré des médicaments.

Isabelle Balkany avait accepté d'être jugée en son absence

Patrick Balkany, 70 ans, est arrivé sans dire un mot, escorté par ses avocats sous une nuée de caméras et dans le crépitement des flashs. Son épouse Isabelle ne s'est pas présentée: "Ma cliente est à l'hôpital, elle ne va pas bien", a déclaré son avocat Pierre-Olivier Sur à LCI.  Comme prévu, les avocats du couple ont ainsi demandé le renvoi de l'affaire. Une demande rejetée en milieu d'après-midi, au motif que la maire-adjointe de Levallois avait expressément acceptée d'être jugée en son absence.


Pierre-Olivier Sur, avocat Isabelle Balkany, avait formulé une demande en raison de l’absence de sa cliente et du climat actuel qui ne permet pas de juger sereinement cette affaire. Me Sur a lu une lettre de sa cliente au tribunal dans laquelle celle-ci écrit : "Je ne suis malheureusement pas en mesure de venir assister à l’audience, mes avocats me représenteront (...) Si l’affaire n’était pas renvoyée, j’accepte d’être jugée en mon absence. Je voudrais dire combien il est difficile à vivre de devenir une image caricaturale dont l’institution judiciaire est grandement responsable".  


Une autre demande de renvoi, formulée par l'avocat de l'Etat, concerne la façon dont le tribunal a choisi d’audiencer les différents dossiers au cours des six semaines.

Eric Dupont-Moretti demande au juge de se déporter

Eric Dupond-Moretti, avocat de Patrick Balkany, avait lui aussi formulé une demande de renvoi du procès pour plusieurs raisons. Le ténor du barreau a d'abord évoqué la difficulté pour son client d'être présent à l'audience. "Entre la justice et sa femme il a choisi sa femme. Elle a besoin de lui. Il n’y a pas d’humanité il n’y a que des preuves d’humanité", a insisté l'avocat. Ce dernier a également évoqué le manque de temps pour préparer la défense se son client, une incompatibilité d'agenda ou encore  l'absence d'Isabelle Balkany à l'audience. "Je ne vois pas comment on peut juger l’un sans l’autre , les Balkany sont un couple, fiscalement aussi c’est un couple. Elle sans lui, lui sans elle, ça n’a pas de sens", a estimé Me Dupond-Moretti. 


Devant la décision du tribunal, "Acquittator" a demandé au président du tribunal de se déporter. Il avait fait valoir ses doutes quant à son objectivité, arguant d'une précédente décision rendue en septembre 2017 concernant un député du sud de la France... pour fraude fiscale. A la sortie de l'audience, il en a remis une couche, faisant valoir que son client, "Balkany", n'était certes pas "au-dessus des lois", mais "pas en-dessous" non plus.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter