Procès de Jawad Bendaoud : à Saint Denis, 15 sinistrés de l’assaut du Raid attendent toujours d’être relogés

Justice
LOGEMENT - Le procès de Jaouad Bendaoud, "logeur" de 2 des terroristes du 13 novembre, s'ouvre ce mercredi. Plus de 2 ans après l'assaut du Raid à Saint-Denis, une partie des habitants sinistrés attend toujours un logement.

Ahmed Mohamed a cru mourir. Ce jour là, ou plutôt cette nuit du 18 novembre 2015, il ne l’oubliera jamais. 2 heures interminable passé avec son frère, sa compagne et leur bébé lorsque les policiers du Raid ont donné l’assaut contre le logement où s’étaient réfugiés deux des terroristes des attentats du 13 novembre. Dans l'appartement se trouvait notamment Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats de Saint-Denis et de Paris. 


A deux heures du matin, l'assaut est donné : "J’ai entendu la police qui était derrière la porte. Ils nous ont dit : ‘Restez chez vous si vous voulez rester en vie’. "

En novembre dernier, Ahmed a même dû dormir dans la rue

Après l’assaut du raid, l'immeuble de la rue Corbillon, situé en plein centre de la commune, n’est plus qu’une ruine. Déjà vetuste, il est criblé de balles et fragilisé par les explosifs. 1500 munitions sont utilisées.  80 personnes doivent trouver un autre toit. De gymnase en gymnase, le relogement des sinistrés s’éternisent. En novembre dernier, Ahmed a même dû dormir dans la rue. Pour d'autres, la solution trouvée est encore précaire, comme pour Lassina Traroé, autre victime de l’assaut, qui a accueilli les caméras de TF1 pour montrer sa situation. Comme lui, 15 sinistrés sont encore en attente d’un logement pérenne.  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jawad Bendaoud, le "logeur de Daech" en procès

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter