Procès de Salah Abdeslam :  deux cellules dans un bâtiment vide pour accueillir le détenu le plus surveillé de France

Procès de Salah Abdeslam : deux cellules dans un bâtiment vide pour accueillir le détenu le plus surveillé de France

Justice
JUSTICE - Salah Abdeslam devrait être transféré d'ici à la fin de la semaine de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais, à l'occasion de son procès en Belgique. Du 18 au 22 décembre, il sera jugé au tribunal de Bruxelles pour "tentative d'assassinat" dans un contexte terroriste sur plusieurs policiers lors d'une fusillade survenue trois jours avant son arrestation dans la capitale belge, au terme de quatre mois de cavale.

"On ne saura rien ou presque jusqu'à la dernière minute, c'est trop sensible. Pour l'instant, le secret est très bien gardé et peu partagé", indique ce mardi une source proche du dossier. A l'occasion de son procès qui se tiendra en Belgique du 18 au 22 décembre prochain, le détenu le plus surveillé de France quittera sa cellule de Fleury-Mérogis pour rejoindre le centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). "Son transfèrement devrait se faire d'ici la fin de la semaine. Vendredi, probablement", poursuit la source. 


A partir de lundi prochain, le seul survivant des attentats de Paris sera en effet jugé à Bruxelles pour "tentative d'assassinat tentative d’assassinat dans un contexte terroriste sur plusieurs policiers "après la fusillade à Forest, dans l’agglomération bruxelloise, le 15 mars 2016. Il avait été arrêté trois jours plus tard dans le quartier de Molenbeek.


Le GIGN, unité d'intervention d'élite de la gendarmerie française, et la police belge se répartiraient la tâche du transfert quotidien du détenu entre une prison française et le tribunal de Bruxelles.

Deux cellules aménagées

Selon nos informations, Salah Abdeslam sera admis dans le bâtiment 1 de ce centre pénitentiaire du Nord de la France. "Ce bâtiment a été vidé il y a quelques mois. Il accueillera au printemps prochain un quartier d'évaluation de la radicalisation mais pour l'instant, il n'y a personne dedans. Deux cellules ont été aménagées pour Salah Abdeslam, indique une source pénitentiaire, confirmant une information de BFMTV. On ignore si les deux cellules seront utilisées. Il se peut que l'une serve en secours, s'il y a des dégradations dans la première, par exemple. Mais elle peut également servir à placer des écrans, par exemples pour la vidéosurveillance". 

En vidéo

Images exclusives des terroristes du 13 novembre à Molenbeek

Comme à Fleury-Mérogis, Salah Abdeslam sera particulièrement surveillé, ce, 24 heures sur 24. "Des caméras le filmeront en permanence, comme dans l'Essonne. On ne sait pas s'il pourra sortir de sa cellule pour faire du sport, par exemple, ou aller dans la cour de promenade. Il devrait quitter tôt la prison pour rejoindre le tribunal... et rentrer tard. Le trajet est long", commente une autre source. 

Il parlera... ou pas

Contre toute attente, le suspect-clé des attentats parisiens, qui reste silencieux face aux juges antiterroristes français, a souhaité comparaître pour ce procès en Belgique. Sera également jugé à ses côtés Sofiane Ayari, le compagnon de fuite d'Abdeslam. 


Le 15 mars 2016, au 60 rue du Dries à Forest, commune de l'agglomération bruxelloise, six policiers, français et belges, avaient essuyé des tirs d'armes automatiques en perquisitionnant un logement supposé inhabité, où ils pensaient trouver des traces du passage des jihadistes ayant frappé Paris le 13 novembre 2015.

Trois policiers avaient été blessés et l'un des occupants du logement, un jihadiste algérien, avait été tué dans l'échange de coups de feu, en couvrant la fuite des deux hommes. Salah Abdeslam et Sofiane Ayari, un jeune d'origine tunisienne qu'il avait convoyé depuis Ulm (Allemagne) avec d'autres jihadistes de retour de Syrie en octobre 2015, seront finalement arrêtés ensemble le 18 mars 2016 à Bruxelles. Salah Abdeslam regagnera sa cellule de Fleury-Mérogis après ce premier procès. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les attentats du 13 novembre, trois ans après

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter