Éric Dupond-Moretti souhaite que la justice soit "totalement filmée et diffusée"

Éric Dupond-Moretti souhaite que la justice soit "totalement filmée et diffusée"
Justice

JUSTICE - Le garde des Sceaux s'est déclaré favorable au fait que tous les procès soient filmés lors d'un entretien mené par un panel de cinq lecteurs du Parisien, voulant porter cette réforme "avant la fin du quinquennat".

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a répondu aux questions de plusieurs lecteurs du Parisien, dans un entretien publié ce dimanche 27 septembre lors duquel il s'est déclaré favorable au fait de filmer tous les procès : "Je suis pour que la justice soit désormais totalement filmée et diffusée, a-t-il déclaré lors de son entrevue, souhaitant rendre les débats publics, s'inscrivant ainsi dans le sillage de son modèle Robert Badinter qui, 35 ans plus tôt, alors garde des Sceaux, avait porté cette loi.

La captation de ces procès consiste à montrer la complexité et faciliter la compréhension des décisions de justice : "Quand on est au café du commerce entre l'anisette et le café, on fait rouler des têtes, explique l'actuel ministre de la Justice, avec son coutumier sens de la formule. On est certain que : vas-y, c'est pas assez ou c'est trop, la justice ci, la justice ça... Mais quand on rentre au palais de justice qu'on prête serment, on se rend compte à quel point c'est compliqué

Lire aussi

Un projet qu'il souhaite porter avant la fin du quinquennat

"La justice doit se montrer aux Français, insiste le Garde des Sceaux. La publicité des débats est une garantie démocratique. On y réfléchit avec mes services. J'aimerais porter cela avant la fin du quinquennat". Une annonce qui intervient en plein procès des attentats terroristes de 2015

La captation d'images et d'enregistrements lors des procès est en principe interdite en France, mais depuis la loi Badinter du 11 juillet 1985, cela peut être autorisé si cela "présente un intérêt pour la constitution d'archives historiques de la justice". La décision de filmer ce procès tient "à la nature des faits, l'ampleur des attaques, la multiplicité des cibles visées, ainsi qu'à la réaction et l'émoi que cela a suscité dans la société française", souligne le parquet national antiterroriste. Les images n'auront pas vocation à être diffusées en direct, mais à être archivées et consultées uniquement à des fins historiques ou scientifiques.

Toute l'info sur

Le procès hors normes des attentats de janvier 2015

Suivez le procès des attentats de janvier 2015

Avant le procès de ces attaques, qui ont fait 17 morts il y a cinq ans, et depuis la loi Badinter de 1985, les caméras ont immortalisé une audience historique à 13 reprises. Le procès de Klaus Barbie a été le premier procès français filmé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

EN DIRECT - Attentat de Nice : un homme soupçonné d'avoir été en contact avec l'assaillant interpellé

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Un nouveau confinement et des rues loin d'être vides

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent