Procès des attentats de janvier 2015 : "J'ai compris qu'ils m'avaient pris pour un terroriste"

Procès des attentats de janvier 2015 : "J'ai compris qu'ils m'avaient pris pour un terroriste"
Justice

JUSTICE - Lassana Bathily, ancien employé de l'Hyper Cacher, où a eu lieu la prise d'otages le 9 janvier 2015, a témoigné ce mardi devant la cour d'assises spéciales. Le "héros" est notamment revenu sur la confusion des forces de l'ordre, qui l'avaient d'abord pris pour un terroriste.

Il est l'un des premiers à avoir pu s'échapper ce jour-là, en empruntant le monte-charge du magasin. Il avait proposé à d'autres otages de partir avec lui, mais ces derniers ont refusé, redoutant que le bruit de l'engin n'alerte Amédy Coulibaly, surarmé, qui se trouvait dans l'Hyper Cacher ne les avait pas repérés. À peine sorti de l'épicerie de la porte de Vincennes, Lassana Bathily a pourtant été pris par les forces de l'ordre pour un terroriste.

Ce mardi, devant la cour d'assises spéciale de Paris, le jeune homme de 25 ans a détaillé ces quelques instants qu'il n'oubliera jamais. "J'ai pris le monte-charge et j'ai foncé vers la porte de secours. À l'extérieur, les policiers me criaient : 'Arrêtez-vous. Arrêtez-vous ! Mettez les mains sur la tête.' J'étais en panique. J'ai montré mes mains. Ils m'ont mis par terre. Ils m'ont mis les menottes brutalement, j'ai eu mal aux poignets. Ils m'ont fouillé, ils n'ont rien trouvé".

"Les policiers se sont excusés"

À ce moment, les policiers ne sont toujours pas convaincus que l'homme en face d'eux fait partie des victimes. "Ils m'ont demandé : 'Vous êtes combien dans le magasin ?' J'ai dit une vingtaine. Ils m'ont dit : 'Quoi ? 20 terroristes ?' J'ai compris qu'ils m'avaient pris pour un terroriste", raconte-t-il, encore chamboulé par les événements. "Ils m'ont gardé pendant une heure trente dans une voiture, je savais pas ce qui se passait. J'ai répété tout ce temps-là que je n'étais pas un terroriste. Eux ne savaient pas qu’il y avait un Noir qui travaillait dans le magasin."

Lire aussi

La situation va finalement changer du tout au tout. Après s'être assurées que Lassana Bathily n'est pas un complice du ou des terroristes, les forces de l'ordre lui demandent de les aider. Celui qui travaille dans le magasin depuis plusieurs années leur dessine alors les plans des lieux afin que les policiers puissent élaborer déterminer comment progresser à l'intérieur. Cette collaboration, tout comme son attitude dans l'Hyper Cacher, ont depuis fait de lui un "héros".

"Je peux comprendre"

L'avocate de la défense, Me Coutant-Peyre, elle, ne se remet pas de la confusion et du désordre qu'elle a potentiellement semé. "Vous avez été traité comme un suspect quand vous êtes sorti de l'Hyper Cacher. On vous a passé des menottes. On vous a placé dans une sorte de garde à vue dans une voiture, pendant 1 heure 30. (...) N'est-ce pas une heure et demie de perdue pour sauver les otages ?" 

Toute l'info sur

Le procès hors normes des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015

Suivez le procès des attentats de janvier 2015

"Je peux comprendre", lui répond Lassana Bathily, conciliant. "Avant d'avoir les informations sur moi, ça prend du temps. Ils ont vu un Noir rentrer dans le magasin. Ils m'ont fait comprendre ensuite pourquoi j'avais été arrêté, maltraité. Ils se sont excusés par la suite. Ils m'ont vraiment pris pour un complice mais même moi, si j'avais été à leur place, j'aurais peut-être fait la même chose." 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

EN DIRECT - Attentat de Conflans : "L'islam radical s'est infiltré au cœur même de notre société de tolérance et de liberté"

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent