Procès des attentats de janvier 2015 : un accusé et son avocate déposent une triple plainte contre un témoin

Procès des attentats de janvier 2015 : un accusé et son avocate déposent une triple plainte contre un témoin

JUSTICE - Le 6 octobre, l'ex-compagne de l'accusé Christophe Raumel a témoigné à la barre et fait état de menaces que lui auraient proférées ce dernier deux jours avant le procès. Ce mercredi, Me Witt, avocate du prévenu, annonce que la procédure a été classée sans suite et qu'une triple plainte a même été déposée.

Elle était venue à la barre le 6 octobre. Dans sa robe rose à volants, l'ex-compagne de l'accusé Christophe Raumel, également mère de leur fille, avait dénoncé les actes terrifiants que ce dernier aurait commis à son encontre. "Pendant toute notre relation, il faisait que de me frapper pour rien (...) À deux jours du procès, il est venu chez moi pour m'intimider. J'ai l'enregistrement dans mon téléphone", avait lancé la jeune femme de 28 ans à la barre. "Il continuera après je le sais. C'est un manipulateur, un menteur." 

" T'as même pas honte de ce que tu es. Tu es venu chez moi pour m'intimider, tu m'as étranglée. Espèce de salaud, fils de p*** va", avait-elle lancé, en larmes, avant que l'audience ne soit suspendue quelques minutes pour que tout le monde reprenne ses esprits. Le parquet national antiterroriste avait fait immédiatement un signalement et le parquet d'Évry ouvert une enquête.

Toute l'info sur

Le procès hors normes des attentats de janvier 2015

"Une mise en scène odieuse pour détruire un homme"

Vingt-deux jours après cet événement, Me Clémence Witt, avocate de Christophe Raumel, a demandé ce mercredi matin à prendre la parole à l'ouverture de l'audience. "Chacun se souvient ici de l'audition houleuse d'Aminata S., le 6 octobre dernier. Quand il a eu la parole le lendemain matin, Christophe Raumel a vigoureusement contesté ces allégations calomnieuses et fermement indiqué qu'il n'y avait jamais eu ni violence, ni menace, ni pression", rappelle-t-elle en préambule. 

Puis, l'avocate annonce qu'après enquête des services spécialisés, "la décision est tombée lundi dernier : aucune infraction n'a été commise, la procédure ouverte contre M. Christophe Raumel pour subornation de témoin a été classée sans suite".

Lire aussi

S'adressant à la cour, Me Clémence Witt poursuit : "Le témoignage d'Aminata S. n'était pas celui d'une femme menacée. C'était une mise en scène odieuse pour détruire un homme. Pour salir l'honneur, la moralité et la crédibilité de celui que vous allez juger."

L'avocate de Christophe Raumel fait savoir par la suite qu'elle et son client ont déposé ce mercredi matin une triple plainte à l'encontre de l'ex-compagne pour "faux témoignage", "faux et usage de faux" et "harcèlement moral" car "tout laisse penser qu'une ou plusieurs pièces ont été fabriquées pour nuire délibérément à Christophe Raumel". Une enquête devrait être ouverte par le parquet d'Évry. 

Christophe Raumel, 30 ans, est le seul accusé qui comparait libre au procès des attentats. Il encourt 10 ans d’emprisonnement pour participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes de droit commun. Il est le seul des accusés pour lequel le caractère terroriste n'a pas été retenu. 

Il lui est reproché d'avoir, avec Willy Prevost, accusé, participé à l'acquisition d'un véhicule Renault Mégane, à l'achat de trois gilets tactiques, de deux couteaux, de deux gazeuses lacrymogènes et d'un taser, en stockant ce matériel à son domicile. Puis en faisant enlever le trackeur d'une moto Suzuki dans un garage en sachant que ce matériel et ces véhicules seraient mis à disposition d'Amedy Coulibaly et destinés à commettre des crimes. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : Éric Zemmour blessé au poignet après avoir été chahuté en début de meeting

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

EN DIRECT - Covid-19 : 25 contaminations au variant Omicron confirmées en France

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.