Procès des attentats de janvier 2015 : "Charlie Hebdo, ne lâchez pas", lance une "revenante" de Syrie

Dessin de la salle d'audience, lors du premier jour du procès de Charlie Hebdo-Hyper Cacher le 2 septembre

PROCES – Sonia M. 31 ans, ancienne djihadiste rentrée de Syrie en début d'année a été entendue ce vendredi matin en visioconférence depuis la maison d'arrêt où elle est détenue. Cette "revenante" a demandé à l'audience aux journalistes de Charlie Hebdo de continuer à faire des caricatures.

Elle s'est retrouvée en Syrie en septembre 2014 après avoir fait une "mauvaise rencontre".  Elle décrit "un homme tout à fait du genre de monsieur Sefrioui* en ce moment". Depuis la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis où elle est détenue, Sonia M. a raconté ses années passées dans les rangs de l'État islamique, avant de rentrer en France avec ses trois enfants nés sur place, en janvier dernier et d'être incarcérée. 

"J'ai été mariée sur place à Abdelnasser Benyoucef, qui était un des commanditaires de l’attentat de l’Hyper Cacher. J’ai aussi rencontré sur place madame Boumeddiene et je l’ai aussi croisée dans le camp de Al-Hol en Syrie", dit la jeune femme, cheveux bruns mi-longs, t-shirt rayé rose et blanc, et que l'on voit derrière l'écran. Sonia M. explique qu'elle ne "savait rien de ce que faisait son époux", qu'elle ne savait pas ce que représentaient ses fonctions "d'émir des opérations extérieures". 

Elle précise qu'elle "faisait le ménage, à manger, c'est tout". "Mon mari m'a caché ses fonctions jusqu’à ce qu’il arrête, il m’a expliqué qu’il s’était occupé d’organiser l’attentat de l’Hyper Cacher, de Sid Ahmed et d’un attentat raté en Belgique, au nom de Daech. Il m'a dit qu'il s'était occupé de recruter Amedy Coulibaly mais sans plus de détails. Je sais qu'il avait des contacts avec des gens en France mais je ne sais pas lesquels, il ne m'en a pas dit plus", détaille la trentenaire.

Toute l'info sur

Le procès hors normes des attentats de janvier 2015

Suivez le procès des attentats de janvier 2015

Lire aussi

"Cohésion entre Daech et Al-Qaïda"

Sur les frères Belhoucine, Sonia M. indique que Medhi Belhoucine "que l'on voit sur la photo à l'aéroport avec Hayat Boumeddiene, est décédé dès le départ car il est parti en Irak et est mort dans un combat". Selon elle, son frère Mohamed Belhoucine, marié à Imène et qui sont parents de quatre enfants dont trois nés en Syrie, sont "tous morts dans un bombardement" 

Quant à Hayat Boumeddiene, elle l'aurait vue "après son arrivée à Daech à Raqqa". Elle a cohabité avec elle un temps dans une maison où il y avait aussi la femme d'un des frères Belhoucine. Elle l'a ensuite recroisée dans des camps, la dernière fois à l'automne 2019.  "Hayat Boumeddiene disait souvent que son mari (Amedy Coulibaly) et les frères Kouachi avaient voulu faire les attentats ensemble pour créer une cohésion entre Daech et Al-Qaïda", explique-t-elle.  

Visés par des mandats d'arrêt, les frères Belhoucine et Hayat Boumedienne sont renvoyés pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et encourent vingt ans de réclusion. Hayat Boumedienne est également poursuivie pour "financement du terrorisme", suspectée d'avoir participé à des escroqueries aux véhicules afin de financer les projets terroristes d'Amedy Coulibaly, qu'elle avait épousé religieusement en 2008. 

Selon Sonia M., son mari Abdelnasser Benyoucef est mort le 30 mars 2016 sur un champ de bataille contre l’armée syrienne "Il a pris une balle dans la jambe, ça a sectionné une veine, il est mort de ces suites". Elle s'est remariée ensuite à un "soldat", qui serait aujourd'hui en prison. 

"Les attentats, ça a fait beaucoup de bruit"

Le président lui demande quelles ont été les réactions en Syrie après les attentats de janvier 2015. "Ça a fait beaucoup de bruit, répond la revenante. Il y a eu la parution dans un journal du témoignage de Hayat Boumeddiene. J'avais accès à internet, j'ai pu voir ce qu'il se passait".  Sonia M. explique que suite à ces attaques perpétrées en France "son mari était content, comme tous les hommes là-bas." Puis elle ajoute : " Pour le Bataclan, mon mari était content aussi". 

"Votre mari, Abdelnasser Benyoucef, en tant qu'émir des opérations extérieures avait recruté Amedy Coulibaly. Il était en contact avec Sid Ahmed Ghlam. Il avait envoyé Abdelhamid Abaaoud à Verviers, savez-vous si la cible était la France ou la Belgique?", interroge Me Maktouf, avocate de la partie civile. "Je ne sais pas exactement mais je sais que Daech veut cibler l'Europe. Ils haïssent cette liberté (la liberté d'expression, les caricatures), comme on a entendu ces derniers jours, et tout ça et venger les bombardements, c'est le discours de Daech" lui répond la témoin.

À la fin de son audition, Sonia M. demande à la cour si elle peut passer un message. "Par rapport à Charlie Hebdo, c'est important que vous continuiez, c'est vraiment ce qu'ils détestent (les djihadistes). Je pense aux victimes. Ne lâchez pas, c'est ce qu'ils veulent. Ils veulent créer un malaise dans la société. Vous représentez la liberté, c'est ce qu'ils détestent le plus alors ne lâchez pas", lance-t-elle avant que l'écran ne s'éteigne.

*Militant islamiste mis en examen pour "complicité d'assassinat" terroriste, après la décapitation du professeur Samuel Paty.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en France : 3.478 patients toujours en réanimation, la baisse se poursuit

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Vendée Globe : Louis Burton, nouveau dauphin de Charlie Dalin

Miss France 2021 : passez le test de culture générale des candidates

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Lire et commenter