Procès Fillon : "Le principe de notre collaboration était oral, immatériel", affirme Marc Joulaud sur le poste de Penelope Fillon

Procès Fillon : "Le principe de notre collaboration était oral, immatériel", affirme Marc Joulaud sur le poste de Penelope Fillon

JUSTICE – Ce mercredi, le tribunal a longuement interrogé Marc Joulaud, ex-suppléant de François Fillon à l'Assemblée. Il lui est reproché d'avoir en sa qualité de parlementaire, détourné des fonds publics en rémunérant Penelope Fillon entre 2002 et 2007 au titre d'un "contrat de collaborateur de député pour des prestations fictives ou surévaluées pour un montant d'environ 645.768 euros".

"Pas de bureau", "pas d'ordinateur", "pas de téléphone". Comment Penelope Fillon a pu travailler aux côtés de Marc Joulaud, suppléant de François Fillon puis député de la Sarthe entre 2002 et 2007, sans aucun support technique. Pendant près de quatre heures ce mercredi, la présidente de la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris, Nathalie Gavarino, a tenté de le comprendre en posant de multiples questions au prévenu qui comparait aux côtés des époux Fillon pour "détournements de fonds publics". 

Pour expliquer ce manque volontaire de moyens,  Marc Joulaud, actuel maire de Sablé-sur-Sarthe déclare : "Le principe de notre collaboration avec Mme Fillon était oral, immatériel". Pourtant, lui était dans la Sarthe, elle, à Paris. La présidente soulève qu'il était donc difficile d'échanger. "On se voyait le vendredi, ou le week-end. J’allais quasiment tous les mardis ou mercredis au Ministère", poursuit à la barre le prévenu.

Toute l'info sur

L'affaire Penelope Fillon

Lire aussi

"80% de l'enveloppe de collaborateurs"

Comment Penelope Fillon s'est-elle retrouvée à travailler avec lui ? En 2002, François Fillon est nommé ministre des Affaires sociales. " Il m'indique qu'il souhaite poursuivre la collaboration qu'il entretient depuis longtemps avec son épouse et qu'il veut former une équipe resserrée, solide lui, moi, et son épouse", affirme Marc Joulaud.

Le contrat de Penelope Fillon est rédigé par son mari, et c'est lui qui fixera son salaire. Penelope Fillon est rémunérée 5200 euros nets en tant qu'assistante parlementaire. Plus que Marc Joulaud, qui touche lui 5000 euros comme député. "Mais j'avais aussi l'indemnité représentative de frais de mandat", précise le prévenu.  

"Présence sur le terrain"

Pour ce salaire, quelles étaient les missions de Penelope Fillon ? "C'était un travail de présence sur le terrain, indique Marc Joulaud. Elle nous faisait rencontrer des personnes sur place, quand il y avait des manifestations, quand quelqu'un avait perdu un proche. Le week-end est un moment de travail important pour les élus". 

"Vous dites que Mme Fillon vous donnait un avis d'orientation. Quoi par exemple ? Quels conseils ?", interroge la présidente. "Par exemple, quand je suis invité à une remise de décoration dans une commune rurale, son conseil était de me raconter le parcours de telle ou telle personne, de voir si c'était un soutien de François Fillon... C'est d'enrichir la façon dont moi je peux préparais mes notes, mes discours", indique Marc Joulaud. 

Sur leur rencontre du week-end, pourquoi ne les voit-on jamais ensemble sur les photos dans la presse par exemple ? "C’est un peu comme avec François, c’est mon souci de discrétion. Encore plus avec Marc Joulaud, je ne dois pas donner l’impression que je veux prendre sa place, l’écraser", répond Penelope Fillon à la présidente.

"Manque de rigueur et de formalisme"

Concernant les congés de Penelope Fillon, la présidente rappelle à Marc Joulaud qu'elle n'en prenait jamais officiellement, qu'ils n'étaient jamais posés et que pourtant, elles touchaient des indemnités de compensation à la fin des contrats. "Elle prenait une semaine en hiver et trois semaines l'été. Sans doute, tout cela manquait parfois de rigueur ou de formalisme dans les démarches pour les poser, précise-t-il. Jamais en 5 ans les services de l'Assemblée nationale ne sont venus vers moi, ne m'ont écrit, pour m'alerter sur la manière dont je travaillais avec mes collaborateurs, sur le fait qu'ils ne prennent pas de congés...", confie Marc Joulaud. "Rien que ça, c’est du détournement de fonds publics", pointe Aurélien Létocart, un des procureurs du PNF. 

"Vous diriez que sans Mme Fillon, vous n’auriez pas pu tenir votre rôle de député?", demande la présidente. "Ah oui, je maintiens que quand je commence en 2002 et pendant 5 ans, la connaissance je ne l'avais pas. Il y avait un apport important de Mme Fillon. La connaissance du terrain, la connaissance des acteurs, des responsables, des gens, je ne l'avais pas. Elle avait tissé des relations personnelles avec les habitants", répond Marc Joulaud. Jusqu'au bout, il assure que le rôle de Penelope Fillon a été essentiel.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la décrue se poursuit lentement dans les services de réanimations

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

EN DIRECT - Mort de Diego Maradona : l'icône du football argentin a été enterré à l'issue d'une cérémonie privée

Producteur tabassé par des policiers à Paris : que s'est-il passé ?

Ce qu'il sera possible (ou non) de pratiquer dans les stations de ski pendant les vacances de Noël

Lire et commenter