Procès Merah: le juge d'instruction antiterroriste Christophe Teissier face à Eric Dupond-Moretti

Procès Merah: le juge d'instruction antiterroriste Christophe Teissier face à Eric Dupond-Moretti
Justice

Toute L'info sur

Le procès Merah

JUSTICE – Le juge d’instruction Christophe Teissier est venu déposer ce mercredi dans le cadre du procès d’Abdelkader Merah et de Fettah Malki. Le spécialiste de l’antiterrorisme a parfaitement témoigné… Jusqu’à ce que la défense ne vienne le mettre à mal.

L’avocate générale l’a répété ce mercredi : "Je ne vois pas ce qu’un juge d’instruction vient faire dans une cour d’assises". Si, pour elle, Christophe Teissier, spécialiste de l’antiterrorisme, n’avait pas sa place salle Voltaire, certains n’étaient pas de cet avis.  

Eric Dupond-Moretti, avocat d’Abdelkader Merah qui l’avait fait citer comme témoin a pour le moins secoué le juge d’instruction après que ce dernier a déposé spontanément, et parfaitement.  

Lire aussi

Pas de notes

Arrivé peu après 14 heures, Christophe Teissier a ainsi livré pendant près de 45 minutes ce qu’il savait de l’affaire. Costume sombre, cravates, lunettes sur le nez, le quinquagénaire est revenu sur tous les actes de son instruction qui ont abouti à la mise en cause des deux accusés aujourd’hui dans le box, notamment à celles d'Abdelkader Merah, jugé pour "complicité" des sept assassinats perpétrés par son frère Mohamed en mars 2012 à Toulouse et Montauban, et association de malfaiteurs terroristes. 

Les parties civiles lui ont posé quelques questions, comme le président. Jusqu’ici, tout allait bien.  Mais quand Me Dupond-Moretti a pris la parole, les choses se sont gâtées pour le juge.   

"On va revoir ces histoires d’association de malfaiteurs", a lancé au juge l’avocat d’Abdelkader Merah. "Vous nous avez livré une version conforme à votre instruction, mais qui vous a donné les informations sur Abdelkader en dehors de lui-même ?"

"Au moment de sa présentation, c’est le premier qui parle du vol du scooter", reconnait le juge. 

Puis Eric Dupond-Moretti parle des fichiers audios, les "fichiers comportements".  Là encore, c’est Abdelkader Merah qui a indiqué qu'il écoutait des enregistrements audio de cours de préparation au jihad dont Mohamed Merah, selon l'accusation, aurait pu s'inspirer. 

"Je vous ai demandé la retranscription intégrale des audios  trouvés dans l'iPod et vous avez refusé", déclare l’avocat , alors positionné entre le juge à la barre et son client dans le box. Un certain nombre de ces fichiers n'ont aucun rapport avec le comportement adopté par Mohamed Merah", a-t-il souligné, rappelant au juge que lui-même avait "indiqué l'absence de corrélation entre les audios d'Abdelkader et les actes de Mohamed". 

Lire aussi

" C’est dans l’ordonnance… "

Eric Dupont-Moretti s'est également interrogé sur ce qui différencie le cas d'Abdelkader Merah, accusé d'extrémisme religieux, complicité dans le vol du scooter et l'achat d'un blouson utilisés par le tueur, de celui de Mohamed Meskine. Les mêmes charges pesaient sur Meskine mais il a, lui, bénéficié d'un non-lieu grâce au revirement d'un témoin.

"Que savez-vous de ce qu’Abdelkader Merah a dit à son frère Mohamed ?" demande Eric Dupond-Moretti au témoin. 

"Il y a eu des rencontres à des moments particuliers (avant et pendant les attentats). Mais effectivement, on ne sait pas ce qui s’est dit", répond le juge.  

Me Dupond-Moretti : "Est-ce que vous avez trouvé chez Mohamed des choses transmises par Abdelkader Merah ?

Le juge Teissier : "Non" 

Me Dupond-Moretti: "Qu'avez-vous à dire sur l'appartenance d'Abdelkader Merah à Al-Qaïda ?"

Le juge Teissier : "Ce qui est dans l'ordonnance" .

Me Dupond-Moretti : "Dans votre ordonnance, il n'y a pas un élément pour dire qu'Abdelkader Merah est affilié à Al-Qaïda."

L'avocat de la défense poursuit : "Qui sont les autres membres du groupe? A part les deux frères Merah et Malki, qui ne sait même pas ce qu'il fait là ?"

Le juge Teissier : "Il y a les frères Merah déjà. Après, des personnes ont été entendues ..."

Me Dupond-Moretti : "Quelles différences entre les éléments constitutifs de l'association de malfaiteurs et ceux de la complicité?"

Le juge Teissier : "Lisez mon ordonnance de renvoi"

Me Dupond-Moretti: "Justement je vois pas de différence !"

Lire aussi

Le blouson n’est pas le même

Sur sa lancée, Me Dupond-Moretti continue à interroger le juge, mis à mal, et parle maintenant du blouson acheté le 6 mars 2012 par Mohamed Merah en présence et avec l’aide financière de son frère Abdelkader Merah. L’accusation a en effet retenu ce vêtement que Mohamed Merah aurait porté, selon elle, pendant les tueries des 11, 15 et 19 mars à Toulouse et Montauban (cet élément figure dans l’ordonnance de mise en accusation). 

"Le blouson, il a servi pour toutes les infractions?" demande Dupond-Moretti. 

"Je ne sais plus" dit le juge Teissier

Me Dupond-Moretti : "Le blouson, il n'a pas servi pour l'école juive. Vous n'avez pas été capable de le voir. Vous voulez que je vous dise pourquoi vous ne l’avez pas vu ?  Sur le blouson qui sert à l’école juive, il est inscrit "Napapijri" et ce n’est pas le blouson acheté par Abdelkader Merah ! Le blouson a été acheté par Mohamed mais ça reste l’élément de la complicité d’assassinats d'Abdelkader de l’école juive!" 

L'audience reprendra jeudi 26 octobre à 9h30, avec les plaidoiries des parties civiles. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent