Procès Merah : "Sale Française, je l’ai entendu de la bouche de tous les Merah !"

Procès Merah : "Sale Française, je l’ai entendu de la bouche de tous les Merah !"
Justice

Toute L'info sur

Le procès Merah

JUSTICE – L’ex-compagne d’Abdelghani Merah a témoigné ce mardi matin dans le cadre du procès d’Abdelkader Merah et Fettah Malki. Comme son ancien compagnon, père de son fils Théodore, Anne C. 39 ans estime qu’Abdelkader Merah était "la tête pensante" des tueries perpétrées par son frère.

Veste et pantalon noir, chemise blanche, cheveux sombres, Anne C., 39 ans, est élégante. Ce mardi matin, cette femme, qui fut la compagne d’Abdelghani Merah et qui a eu avec lui un fils, Théodore, est venue déposer devant la cour d’assises spéciale où sont jugés depuis le 2 octobre et jusqu’au 3 novembre Abdelkader Merah et Fettah Malki. A trois mètres de son ancien beau-frère, Anne C. s’est d'abord excusée auprès des familles. "Le soir de l’attaque de de Montauban (le 15 mars 2012, ndlr), j’ai commis l’erreur d’appeler Abdelghani plutôt que d’appeler la police quand j’ai pensé que c’était Mohamed (Merah, ndlr), je suis vraiment désolée", dit-elle. 

Puis elle a raconté comment elle était arrivée dans la famille Merah, avant de revenir sur le climat de violences et la religion. Le "salafisme" à cause duquel Mohamed Merah a commis ses tueries, avec la complicité, selon le témoin, de son frère Abdelkader. 

Voir aussi

"Je m’entendais très bien avec Abdelkader"

Anne C. raconte ainsi avoir rencontré celui qui allait devenir son compagnon et le père de son enfant alors qu’elle était toute jeune. De ses beaux-frères et belles-sœurs, elle dit qu’Abdelkader était "son préféré". "Il me protégeait quand Abdelghani buvait", précise cette femme qui évoque l’ambiance de violence générale qui régnait dans la famille Merah avec notamment Zoulikha Aziri, mère des cinq enfants Merah, qui les frappait "à coups de fils électriques"

Selon elle, Abdelghani et Abelkader Merah s’entendaient bien au départ, puis les relations se sont distendues…. Elle-même était "déconsidérée dans la famille Merah, notamment parce qu’on la présumait de confession juive", avait-elle déclaré en 2012. A la barre ce mardi, elle a réaffirmé ce qu’elle avait déjà dit il y a cinq ans et demi maintenant : "Je me suis fait cracher dessus et traiter de sale juive par la mère d'Abdel (Abdelghani, ndlr). Sale française, je l'ai entendu de la bouche de tous les Merah. Selon elle, "Sale française, c'était très régulier"

Coups de couteau et salafisme

Puis arrive l’agression d’Abdelkader sur son frère Abdelghani, sept coups de couteau au total ont été portés. "Il l’avait agressé au motif que j’étais d’origine juive", a redit Anne C. a la cour ce mardi. Ce qu'Abdelkader Merah conteste. "À l’époque de ces faits, Abdelkader se faisait appeler Ben Laden et souhaitait se faire tatouer son nom sur le front, puis sur le cou, avait dit Anne C. aux enquêteurs en 2012. Son apparence avait également changé. Il portait des vêtements traditionnels, la barbe et vouait une haine farouche aux Américains puis à la France, tout comme sa sœur Souad qui légitimait le jihad armé". 

En vidéo

Procès d’Abdelkader Merah : "Mon frère était un musulman pécheur"

Anne C. pense d’abord qu’Abdelkader Merah est "entré dans le droit chemin", qu’il en avait "fini avec l’alcool et la drogue". Selon elle, il est devenu salafiste après l’agression d’Abdelghani, avec son incarcération notamment. "Il est allé crescendo, on est devenu les mauvais, les kouffars, et il y avait les bons musulmans, qui étaient dans la prière", dit Anne C.

Pour elle, Abdelkader Merah a joué un rôle

Concernant Mohamed, ils se sont beaucoup vus avant de se disputer. "Je voyais bien qu’il avait un truc avec la police et les militaires, dit-elle. Un truc pas sain". Puis Mohamed Merah a commencé à montrer des vidéos de décapitations à son fils Theodore. Elle savait que Mohammed avait voyagé dans plusieurs pays et lui avait fait comprendre qu’il était du côté des talibans. Selon elle, Olivier Corel (surnommé "l’Émir blanc", ce Syrien est suspecté d'avoir encouragé des djihadistes français à commettre des attentats) était le référent religieux de Mohammed et Abdelkader Merah. Par ailleurs, Souad et Abdelkader seraient responsables de la radicalisation de Mohamed. 

Pour Anne C., "Abdelkader Merah a joué un rôle dans les tueries perpétrées par Mohamed Merah en mars 2012". Me Korchia demande au témoin si elle pense qu’Abdelkader Merah était "la tête-pensante" des assassinats commis par son frère, comme l'affirme son ex-compagnon. Anne C. répond : "Oui". Mais comme Abdelghani Merah, elle n'en a rapporté aucune preuve, ce que n'a pas manqué de relever l'avocat de l'accusé. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent