Procès Merah : "Les familles sont prêtes à vivre un second procès, même si ce sera extrêmement douloureux et éprouvant"

JUSTICE – Moins de 24 heures après qu'il a été prononcé, le parquet général de Paris a annoncé qu'il avait pris la décision d'interjeter appel de l'arrêt rendu le jeudi 2 novembre 2017 contre Abdelkader Merah et Fettah Malki. Les parties civiles, familles et avocats présents ce vendredi pour l'audience civile l'ont appris salle Voltaire.

La nouvelle est tombée ce vendredi vers 11 heures et s'est répandue en quelques secondes salle Voltaire où se déroulait, au lendemain du verdict et en présence de très peu de monde, l'audience civile. Par voie de communiqué, le parquet général de la cour d'appel de Paris a fait savoir qu'il avait "pris la décision d'interjeter appel de l'arrêt rendu le jeudi 2 novembre 2017 contre Abdelkader Merah et Fettah Malki en ce qu’il prononce notamment l’acquittement partiel d’Abdelkader Merah pour complicité d’assassinats et tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste".


Alors que l'audience suivait son cours comme si de rien n'était ou presque, Me Etelin s'est penché dans la box pour annoncer la nouvelle à Fettah Malki. Me Morice est, lui, allé voir la famille Legouad dans la salle - une des rares partie civile présente ce vendredi - tandis que Naoufal Ibn-Ziaten s'est présenté salle Voltaire dès qu'il a reçu le SMS de son avocat, Me Mouhou. 

La défense voulait faire appel

Dès jeudi soir, Me Dupond-Moretti, avocat d'Abdelkader Merah, avait indiqué qu'il ferait "appel… ou non", du verdict. Il l'a répété ce vendredi matin sur France Inter, ajoutant qu'il devait voir d'abord si le parquet général faisait appel et qu'il s'entretienne avec son client. "Rien ne me surprend" a réagi par la suite auprès de l'AFP celui que l'on surnomme "Acquitator" quand il a appris la décision du parquet. 

Me Etelin, avocat de Fettah Malki a lui indiqué à LCI : "De toute façon, nous aurions fait appel". Jeudi matin, son client avait dit qu'il était désolé pour les familles". Il avait ajouté : "À aucun moment, à aucun instant, je n'ai pu penser, je n'ai pu imaginer que Mohamed allait commettre de telles atrocités (…) J'ai été traité comme un terroriste,  j'ai été traité comme un tueur d'enfants, et ça, monsieur le président, je ne peux pas l'accepter". 


"Fettah Malki, l'instruction l'a démontré, n'était au courant en rien des projets criminels de Mohamed Merah quand il lui a donné une arme, a insisté Me Etelin, rappelant que son client avait été 'abasourdi à l'énoncé du verdict'. Le but que poursuit Fettah Malki n'a rien à voir avec le terrorisme. Se retrouver avec une association de malfaiteurs terroriste qui vous est reprochée quand vous vous êtes comporté en délinquant de droit commun, ça pose un problème. Evidemment qu'il s'agissait pour Fettah Malki de relever appel". 

Les familles "prêtes" pour un second procès

"Je suis content de l'appel du parquet général, a confié Naoufal Ibn-Ziaten, frère d'Imad Ibn-Ziaten assassiné le 11 mars 2012 par Mohamed Merah à LCI. Encore une fois, ils sont sûrs d'eux. Ils sont sûrs qu'Abdelkader Merah était le cerveau, le mentor, le bras armé. Si Abdelkader Merah n'existait pas,  il n'y aurait pas eu toutes ces tueries. Ça a été prouvé pendant ces cinq semaines et, malgré cela, la complicité n'a pas été retenue. Mais c'est pas grave, le parquet général a fait appel et on est avec eux, on est derrière eux. On va combattre et avancer, même si cela va générer encore une souffrance". 

"Il n'est pas surprenant que le parquet général ait décidé qu'il y ait un second procès Merah dans la mesure où des questions juridiques se posent. Pourquoi a-t-on accueilli l'association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et acquitté sur le terrain de la complicité ?", s'est interrogé Me Morice, avocat de la famille Legouad qui a vu disparaître l'un des siens, Mohamed, militaire, le 15 mars 2012. "Les familles que nous représentons sont prêtes à vivre un second procès, même si ce sera extrêmement douloureux et éprouvant, car le premier a été extrêmement difficile". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le procès Merah

Plus d'articles

Sur le même sujet