Propos "anti-flics" : Yann Moix visé par plusieurs plaintes de syndicats policiers

Propos "anti-flics" : Yann Moix visé par plusieurs plaintes de syndicats policiers

Justice
DirectLCI
JUSTICE - Malgré son mea culpa, Yann Moix risque de devoir s'expliquer devant la justice sur les propos contre les policiers tenus dans l'émission "Les Terriens du samedi". Après l'UNSA-Police, d'autres syndicats ont déposé plainte contre le chroniqueur. On fait le point.

Le débat devrait se poursuivre devant les tribunaux. Le chroniqueur Yann Moix est visé par plusieurs plaintes visant les propos extrêmement virulents à l'encontre des forces de l'ordre qu'il a tenus sur le plateau de l'émission "Les Terriens du samedi". Ce dimanche, LCI révélait qu'une plainte de l'UNSA-Police avait été déposée à l'encontre de Yann Moix et de Franck Appietto, le patron de C8. 

Pour le syndicat, "la police nationale est attaquée et visée par des propos diffamatoires". Son secrétaire général, Philippe Capon, estime que les excuses du chroniqueur présentées sur LCI ne suffisent pas. "On pensait qu'il aurait pu se calmer mais à chaque fois, il réitère. Nous voulons qu'il soit condamné en justice. Il y a un public pour ces déclarations mais nous, on en a marre. Il critique quelque chose mais par son intervention, il attise le feu", expliquait-il à LCI.

Que de tels incidents ne se reproduisent plus en toute impunité au prétexte de la liberté d’expressionDenis Jacob, secrétaire général d'Alternative Police

Ce lundi, Alternative Police confirme à LCI par la voix de son secrétaire général, Denis Jacob, avoir déposé plainte pour "diffamation et injures publiques". Cette plainte déposée avec constitution de partie civile vise non seulement le chroniqueur mais également Thierry Ardisson, Stéphane Simon et le directeur de publication du groupe Canal Plus. "Par cette action, Alternative Police-CFDT entend obtenir une condamnation afin que de tels incidents ne se reproduisent plus en toute impunité au prétexte de la liberté d’expression", précise le syndicat. Alliance Police a annoncé son intention de se constituer partie civile dans cette affaire. 

La plainte de Beauvau déposée d'ici quelques jours ?

Du côté du ministère de l'Intérieur, Gérard Collomb a annoncé la semaine dernière vouloir déposer plainte contre Yann Moix. Au lendemain de l'émission, il avait "déploré des propos intolérables", qualifiant le chroniqueur de "grossier sur la forme" et "indécent sur le fond". Selon nos informations, la plainte est actuellement en cours d'élaboration et devrait être déposée d'ici quelques jours. 

Yann Moix, qui avait déjà accusé la police de "violences" dans les camps de migrants à Calais au début de l’année, avait expliqué sur LCI "regretter des mots grossiers". 

En vidéo

"Etre anti-flic n’a aucun sens" : sur LCI, Yann Moix dit "regretter" la grossièreté de ses propos

"Je disais avec des mots grossiers que je regrette, parce que c’est jamais bien les mots grossiers (...) que la police n’a pas à venir dire sur les plateaux qu’elle a peur puisque le signal envoyé n’est pas le bon pour être respecté", s’était-il alors justifié.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter